aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
19/10/2017

« On a besoin d'une protection européenne des lanceurs d'alerte » : interview de Viriginie Rozière (S&D)

 
 .
 

INTERVIEW. Les lanceurs d'alerte qui agissent dans l'intérêt public méritent protection et soutien, affirme le rapport de Virginie Rozière (S&D), qui sera mis aux voix de la session plénière mardi 24 octobre. Le texte appelle la Commission européenne à proposer des règles d'ici la fin de cette année pour assurer une protection à l'échelle de l'Union européenne.

 
 .
 

« Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, ce ne sont pas les multinationales qui sont sur le banc des accusés, ce sont les personnes qui défendent l'intérêt général européen », a déclaré Virginie Rozière (S&D), lundi 16 octobre.

L’eurodéputée française présente un projet de rapport sur la protection des lanceurs d’alerte qui sera mis aux voix, mardi 24 octobre, en session plénière.

« Aujourd'hui, vous avez six États qui protègent les lanceurs d'alerte. La Suède a été le premier, la France le dernier en date. Mais on voit que ces protections, elles sont fragmentaires, elles ne sont pas homogènes. Et les lanceurs de Lux-Leaks ont été condamnés à de la prison avec sursis et à des amendes. C'est pourquoi, on a besoin aujourd'hui d'une protection européenne », constate Virginie Rozière.

Le rapport demande aussi la mise en place d'une autorité au niveau de l'UE pour faciliter la coordination dans les affaires transfrontalières.

Tous les pays de l'UE devraient également introduire des mécanismes de signalement plus clairs, des mesures de protection contre les représailles et fournir un soutien tel qu'une aide juridique et financière, affirme le texte. L’eurodéputée insiste sur un point : « Dans mon rapport, nous souhaitons que la protection des lanceurs d'alerte soit maintenue, y compris lorsqu'ils s'adressent à des journalistes. »

 
 .
 

Visionnez l'interview vidéo de Virginie Rozière réalisée le lundi 16 octobre au Bureau d'information du Parlement européen à Paris :

 .
 
 
 .
 .
 

>>>>>>>> Signaler un lien cassé : epparis@europarl.europa.eu <<<<<<<<