aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 

Coralie, Française, nous parle de son expérience "Erasmus" en Turquie

Coralie, une jeune Française de 21 ans, qui a pris part au projet "Europe-Mobile" coordonné par la Maison de l'Europe des Yvelines en partenariat avec la Fondation Genshagen, nous fait part de son expérience en Turquie dans le cadre du programme Erasmus.

BI : Comment as-tu entendu parler d’Erasmus ? Et qu’est-ce qui t’a donné envie de partir ?
Coralie : Je ne me souviens pas trop qui m’en a parlé, mais c’était par le « bouche à oreille ». De toute manière, je souhaitais partir depuis longtemps… C’est d’ailleurs pourquoi j’ai choisi une école internationale qui permettait aux jeunes de partir pour des échanges universitaires.

BI : Où es-tu partie ?
Coralie : En Turquie, à l’Université de Galatasaray et  j’y suis restée six mois.

BI : Était-ce ton choix d’aller en Turquie ? Ou bien est-ce que ce choix t’a été imposé par l’Université ? Comment ça se passe dans les faits ?
Coralie : On remplit un dossier dans lequel figure une liste de destinations et on choisit le pays dans lequel on souhaite aller. Il y a une petite sélection. Puis, une fois que l’Université a donné son aval pour l’échange universitaire, on organise son séjour. J’ai réservé moi-même mon billet d’avion. Et pour le logement, j’ai trouvé, grâce au groupe Erasmus de l’Université de Galatasaray sur Facebook, un appartement en colocation avec deux amis qui partaient en même temps que moi. La plupart des Universités étrangères proposent également des logements.

BI : Comment as-tu été accueillie en Turquie ?
Coralie : J’étais dans une Université francophone. La première semaine, j’ai suivi plusieurs cours car je devais choisir deux cours en-dehors de mon cursus. Puis j’ai intégré les cours. J’ai découvert une autre manière d’enseigner, hors du cadre académique français. Les cours étaient beaucoup plus interactifs, les professeurs étaient beaucoup plus proches des élèves et j’ai beaucoup apprécié. Tous les élèves m’ont bien accueillie.

BI : Qu’en as-tu retiré de cette expérience ?
Coralie : Partir à l’étranger, devoir s’adapter, permet d’apprendre beaucoup sur soi-même et sur les autres. De plus, j’ai appris quelques bases de turc et j’ai grandement amélioré mon niveau d’anglais. Je me suis fait beaucoup d’amis avec lesquels je suis toujours en contact. J’ai également connu beaucoup de gens très différents qui m’ont permis d’avoir des contacts très riche. En conclusion, c’est une immersion internationale très enrichissante que je conseille à tous les jeunes !