aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Notre site web utilise les cookies dans le but unique d'améliorer votre visite sur notre site. Nous ne les utilisons pas pour récolter vos données personnelles mais uniquement pour nos statistiques de fréquentation. Pour en savoir plus sur les cookies en général, notamment sur leur gestion et leur suppression, visitez le site http://www.allaboutcookies.org/fr/

Continuer
 
 
 
25/04/2018
 .

Table-ronde « Filtrage commun des investissements étrangers »

 .
 
 .
 
 .
 

Le mercredi 25 avril, de 10h à 12h, le député européen Franck Proust (PPE, FR) rencontre des représentants des pouvoirs publics, de syndicats, de fédérations professionnelles, ainsi que des experts en droit et économie internationale autour de son rapport sur le projet de règlement portant sur l’établissement d’un cadre pour le filtrage des investissements directs étrangers dans l’Union européenne.

 
 .
 

Dans le cadre du cycle des dialogues législatifs, le Bureau du Parlement européen en France organise une table-ronde, le mercredi 25 avril, avec l’eurodéputé M. Franck Proust (PPE, FR), rapporteur du projet, et les acteurs-clés de ce dossier en France.

Le Parlement européen est actuellement saisi d’une proposition de règlement portant sur l’établissement d’un cadre de filtrage des Investissements directs étrangers dans l’Union européenne.
Douze États membres de l’Union européenne sur 28 ont déjà introduit un mécanisme de filtrage dans leur système national. Cette proposition vise à combler le vide juridique au niveau européen pour établir un cadre commun des IDE.

Les investissements internationaux sont une source de croissance pour l’économie de l’UE. Ils sont à la source de 36% des richesses produites dans l’UE et de 7,6 millions d’emplois. Ces investissements ont été particulièrement importants pour les pays ayant fortement souffert de la crise financière.

En 2016, l’UE a reçu 280 milliards en investissements directs étrangers (contre 475 milliards en 2015), la Suisse (55 milliards) et les États-Unis (54 milliards) étant les plus gros investisseurs.

Cela dit, des rachats récents d’infrastructures dans les secteurs de l'énergie et des transports (ports, entreprises de technologie) par des sociétés détenues par des États étrangers inquiètent les gouvernements. Ils craignent en effet le transfert technologique et que des infrastructures importantes tombent aux mains de pouvoirs émergents tels que la Chine et la Russie.

C'est pourquoi les députés évaluent actuellement une proposition visant à mettre en place un cadre européen pour filtrer les investissements directs étrangers dans l’UE. Franck Proust, rapporteur du dossier pour le Parlement européen, était à Paris le 25 avril pour présenter aux acteurs économiques, partenaires sociaux et pouvoirs publics français l'état des négociations sur le projet de législation.

 

Les photos de la table-ronde

 .
 
 

 .
 .