aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Nous utilisation les cookies dans le but unique d'améliorer votre experience sur notre site. Si vous continuer sans changer vos paramètres vous recevrez des cookies ou changer vos paramètres cookie à tout moment.

Continuer
 
 
 

'Parlons d'Europe' sur la mobilité de demain - un plaidoyer pour la voiture électrique

13-03-2017

Le 10 mars 2017, dans le cadre de notre Parlons d’Europe organisé en coopération avec la Représentation de la Commission européenne au Luxembourg et le Mouvement Européen Luxembourg, les eurodéputés Georges Bach (PPE/CSV) et Claude Turmes (déi Gréng/ Verts) ont tenté de donner, devant 50 personnes, une réponse à la question de savoir à quoi ressemblera la mobilité de demain.

 .

La mobilité est un défi qui relève à la fois de la santé publique, de la protection de l'environnement et de l'urbanisme, sans oublier les nombreux postes de travail qui y sont liés. Les mutations ont été nombreuses au cours des dernières années, et des solutions de plus en plus durables, intelligentes et propres sont exigées à l’avenir.

Tous deux ont souligné l’importance que la mobilité de demain soit durable. Aux yeux des députés, l’électromobilité peut y contribuer considérablement. « Les voitures électriques sont 4 à 5 fois plus efficaces qu’une voiture diesel. Le rendement d’une voiture électrique est de 90% quand celui d’une voiture diesel est de seulement 15% », a expliqué Claude turmes, regrettant que les voitures soient « désormais conçues pour faire moins de dégâts en cas de collision avec un piéton », omettant parfois qu’elles sont « aussi responsables en partie de la qualité de l’air ». Il a souligné l’importance de la conception de batteries durables pour qu’une transition vers l’électromobilité puisse véritablement avoir lieu. Et de souligner également la nécessité de mettre fin au Diesel en Europe, à ses yeux « trop polluant ». «Les voitures les plus récentes ne sont pas mieux que les plus anciennes en matière de pollution. La pollution réelle est triple par rapport aux « tests » faits en laboratoire par l’industrie automobile », a-t-il dit en évoquant le scandale Volkswagen.

De son côté, Georges Bach a souligné l’importance de la mobilité douce dans la mobilité de demain. Il a également quelque peu nuancé les affirmations de Claude Turmes en ce qui concerne l’avenir du Diesel, soulignant que celui-ci n’était pas prêt de disparaître, et qu’il faudrait prendre des dispositions pour le rendre plus propre. « La mobilité, c’est la liberté de prendre sa voiture. Il faut donc garantir cette liberté, mais il faut également amorcer des changements pour changer les habitudes. [...] Au Luxembourg on utilise à 90 % des énergies fossiles, il faut donc aller vers plus d’énergies renouvelables. Il faut aussi de vrais tests pour les voitures pour que les fraudes ne soient plus possibles. Mais tout cela va devoir passer par des mesures incitatives car l’éducation seule ne suffit pas », a déclaré le député. Georges Bach a par ailleurs attiré l’attention sur l’importance des infrastructures pour garantir la transition vers une mobilité plus durable. Il a notamment plaidé pour la mise en place de suffisamment de bornes de recharge pour que les conducteurs puissent circuler plus librement. « Nous allons également mettre en place un système européen sans frontières pour pouvoir partir en vacances avec sa voiture électrique et recharger avec des bornes de recharge rapide», a-t-il dit.

L'article publié par Le Quotidien le 10 mars 2017
Le reportage diffusé par RTL Telé-Luxembourg le 10 mars 2017
Politique de mobilité européenne - une vision pour demain?