aller au contenu

Cookies sur les sites web de l'UE

Nous utilisation les cookies dans le but unique d'améliorer votre experience sur notre site. Si vous continuer sans changer vos paramètres vous recevrez des cookies ou changer vos paramètres cookie à tout moment.

Continuer
 
 
 
 .

Eurobaromètre 2018

Régulièrement, le Parlement européen commande des études sur l'état de l'opinion publique dans les États membres. Par ce suivi, le Parlement européen s'efforce de mieux appréhender vos perceptions et vos attentes. A un an des élections européennes de mai 2019, le dernier sondage Eurobaromètre du Parlement européen indique que l’appartenance des citoyens à l’Union européenne continue de croitre. Le pourcentage de citoyens pensant que leur pays a profité de son inclusion dans l’UE gagne les 67%, taux le plus haut jamais atteint depuis 1987. 

 .

Plus que jamais les européens valorisent l'appartenance de leur pays à l'UE

Le sentiment d’appartenance à l’UE enregistre lui aussi un taux record : 60% des personnes sondées affirment que l’appartenance de leur pays à l’UE est une bonne chose. Au Luxembourg, 85% sont de cet avis, ce qui place le Grand-Duché en tête des pays membres. De plus, pour la première fois ces dix dernières années, une majorité de pays européens (15 des 28 membres de l’UE) considère que leur voix compte dans l’Union européenne (soit 48% de la population). Le Luxembourg se situe légèrement au-dessus de la moyenne, avec 58%. 1 européen sur 3 vote d’ailleurs car il pense que son vote peut changer les choses, contre seulement 19% lors des dernières élections européennes en 2014. Ces tendances semblent s’être renforcées dans le second semestre de 2016, faisant transparaître l’effet de piqure de rappel qu’a eu le Brexit sur la population de l’Union.  

 .

Le système de Spitzenkandidat renforce la démocratie européenne

En 1 an, la valeur démocratique de l’Union a gagné 3%, passant de 43% en mars 2017 à 46% en mars 2018. Au Luxembourg, 6 citoyens sur 10 sont de cet avis. Le système de « Spitzenkandidat » semble renforcer cette tendance, étant perçu comme une amélioration en termes démocratiques (61%) et en transparence (63%). Pour 60% des européens ce système donne même plus de légitimité à la Commission européenne, et influence plus de la moitié des électeurs à voter. Mais 70% souhaitent aussi qu’il soit accompagné par un réel débat sur le futur de l’UE. Parallèlement, le pourcentage de citoyens déclarant que l’Union n’est pas sur la bonne voie a diminué de 5% sur la même période, atteignant les 42% en mars 2018.

Si 82% des habitants du Luxembourg (et 74% des européens) ont une vision neutre ou positive du Parlement européen, 69% d’entre eux aimeraient le voir jouer un rôle plus important au sein de l’UE. C’est supérieur à la moyenne européenne, qui se situe à 47%.

Bien que 49% des Luxembourgeois et aussi des européens considèrent qu’il est important de voter aux élections européennes, il est malgré tout estimé qu’elles sont moins importantes que les élections nationales. Cependant, dans l’UE, 1 personne sur 3 est capable de citer avec exactitude la date à laquelle les élections auront lieu dans leur pays en 2019 (entre le 23 et le 26 mai), et 57% des Luxembourgeois s’intéressent aux élections qui auront lieu le 26 mai 2019 au Grand-Duché (contre 50% des européens en moyenne).

 .

La lutte contre le terrorisme est une priorité pour le citoyen Luxembourgeois

Les sujets des campagnes pour les élections du Parlement européen ont fortement été influencées par les turbulences qu’a traversé l’Union ces deux dernières années. Alors que lors des élections de 2014 le terrorisme était le dernier sujet auquel le citoyen accordait de l’importance (seul 7% des citoyens européens s’y intéressaient), 49% considèrent aujourd’hui que c’est le premier sujet à traiter. L’emploi des jeunes (48%), et l’immigration (45%) complètent le podium. Paradoxalement, alors que les indicateurs économiques s’améliorent, 42% des citoyens sont encore concernés par la croissance économique, miroitant les inégalités perçues à l’échelle nationale. Les Luxembourgeois, eux, aimeraient que les élections du Parlement européen traitent surtout de l’emploi des jeunes et du terrorisme (à raison de 27% chacun).

L'enquête est basée sur des entretiens en face à face avec 27.601 citoyens (dont 507 Luxembourgeois), réalises entre le 11 et le 22 avril 2018 da,s les 28 Etats membres. 

Parlemètre 2018
Parlemètre 2017
Parlemètre 2016
Parlemètre 2015