Edouard MARTIN : Explications de vote écrites 

Les députés peuvent expliquer par écrit leur vote en plénière. Article 183 du règlement intérieur.

Établissement du programme spatial de l’Union et de l'Agence de l’Union européenne pour le programme spatial (A8-0405/2018 - Massimiliano Salini)  
 

Plusieurs États-membres, et en particulier la France, sont des acteurs majeurs en matière spatiale. Leur coopération passe en partie par l’ESA (agence intergouvernementale), mais l’Union européenne occupe un rôle croissant sur différents programmes, en particulier Galileo (système de positionnement plus précis que le GPS américain) et Copernicus (surveillance scientifique de la terre). La Commission propose désormais de mutualiser les ressources en matière de communication satellitaire des autorités publiques (services de secours, garde-côtes...) via un nouveau programme, GovSatCom.
Le programme spatial de l’Union tel qu’amendé par le PE insiste aussi sur l’importance absolument critique de maintenir une capacité d’accès indépendant à l’espace, et donc un site (Kourou) et des lanceurs opérationnels et compétitifs.
J’ai voté pour ce rapport.

Chaîne de blocs: une politique commerciale tournée vers l'avenir (A8-0407/2018 - Emma McClarkin)  
 

La « blockchain », ou chaîne de bloc, est une technologie permettant d’automatiser et de sécuriser de nombreux types d’opérations ou de transaction nécessitant un « tiers de confiance ». Or si cette technologie est effectivement efficace et prometteuse, elle porte aussi en germe des risques de plusieurs ordres. Quid de l’impact social, la blockchain permettant in fine de se passer d’humains pour de nombreuses opérations (par exemple bancaires ou notariales) ; ne va-t-on pas au-devant de la robotisation de segments entiers de professions jusqu’à présent épargnées ? Quid de l’impact environnemental, quand on sait que cette technologie demande par essence une quantité exponentielle de capacité de calcul et donc d’énergie pour fonctionner ? Et quid de notre souveraineté et de la place de l’Europe dans tout ça ? Il existe en effet sur la blockchain comme sur toute innovation de rupture, une concurrence entre acteurs européens, américains, asiatiques... De toutes ces questions, la résolution ne dit rien ou si peu. J’ai donc voté contre.

Établissement du programme-cadre «Horizon Europe» – définition de ses règles de participation et de diffusion (A8-0401/2018 - Dan Nica)  
 

Ce rapport, qui marque l’entrée du PE en négociation interinstitutionnelle, se veut ambitieux sur le volume budgétaire (120 milliards d’euros) mais il souffre de certains lacunes ou scories : certaines liées au calendrier d’élaboration extrêmement serré et qui n’a pas permis d’aller proprement au bout de quelques débats, d’autres placées sciemment par certains lobbies industriels. C’est en particulier le cas du « principe d’innovation » qui, même logé seulement dans un considérant, représente un risque réel de remise en question du principe de précaution. Pour cette raison, je n’ai pas pu accorder un feu vert à ce texte et plaiderai auprès du rapporteur pour qu’il supprime cette référence au cours du trilogue.

Établissement du Fonds européen de la défense (A8-0412/2018 - Zdzisław Krasnodębski)  
 

Le futur « Fonds européen de la défense » vise à soutenir financièrement les projets de recherche et développement menés conjointement par des acteurs européens, pour véritablement transformer ce secteur industriel.
Pour nous, cette incursion de l’échelon européen dans le domaine de la défense doit servir deux objectifs : rendre le secteur plus collaboratif, d’abord. C’est-à-dire travailler à plusieurs, pour en parallèle réorienter ces acteurs vers un marché européen mieux intégré et qui achèterait européen plutôt qu’américain, les rendant par conséquent moins dépendants de l’export et de clients infréquentables. Rendre le secteur plus éthique et transparent, ensuite. Avec des garde-fous stricts, des référence précises et des mécanismes de contrôle efficaces.
Hélas, cette dimension éthique pourtant cruciale n’a pas trouvé de majorité, c’est pourquoi je n’ai pas pu voter en faveur du rapport tel qu’amendé.

Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (A8-0409/2018 - Henna Virkkunen, Marian-Jean Marinescu, Pavel Telička)  
 

Le MIE est un programme important pour le déploiement transfrontalier des infrastructures de transport, d’énergie et numériques. Le volet numérique n’appelle pas de commentaire particulier. Celui sur les transports est pertinent dans l’ensemble mais contestable sur les possibilités qu’il offre en matière de financement des aéroports. Mais c’est sur le volet énergétique que le texte adopté pèche fortement. Certes, contrairement à son prédécesseur, ce MIE nouvelle génération verra ses possibilités de financer des projets gaziers sévèrement plafonnées. Mais alors que le dernier rapport du GIEC démontre que nous allons dans le mur si nous ne changeons pas radicalement y compris sur notre approvisionnement énergétique, je fais partie de ceux qui pensent que les programmes d’investissement publics ne devraient plus verser un seul euro aux énergies fossiles. L’amendement proposant cette approche radicale mais réaliste ayant été battu, je me suis abstenu sur le vote final.

Mobilité militaire (A8-0372/2018 - Tunne Kelam)  
 

Ce rapport accompagne l’apparition du volet «mobilité militaire» dans le mécanisme pour l’interconnexion en Europe en développant le contexte et les justifications, d’ordre logistique et géopolitique. En l’occurrence, il n’est pas déraisonnable de considérer que, si une crise interétatique devait dégénérer et avoir des suites militaires, il serait pertinent de pouvoir acheminer des troupes et du matériel aux confins est et sud de l’Union européenne, en aménageant à cet effet les corridors transeuropéens de transport. Pour autant, il faudra veiller à ce que ces investissements viennent en supplément et pas au détriment des investissements civils qui sont, pour moi, nécessaires et prioritaires. Avis positif à ce stade sur ce rapport d’initiative, mais affaire à suivre!

Autorisation et surveillance des médicaments à usage humain et à usage vétérinaire (A8-0035/2016 - Claudiu Ciprian Tănăsescu)  
 

J’ai voté en faveur de ce rapport sur l’usage de médicaments vétérinaires. Il vise entre autre à favoriser un usage prudent et raisonné des antibiotiques en interdisant leur usage routinier et en restreignant leur usage préventif aux situations exceptionnelles et uniquement sur justification d’un vétérinaire. De même, l’usage métaphylactique devra être encadré et se produire seulement lorsque le risque de propagation de la maladie est élevé et qu'aucune autre alternative appropriée n'est disponible. Le texte contient d’autre avancées: un renforcement du système de pharmacovigilance et l’exclusion de la vente en ligne d’antibiotiques.

Médicaments vétérinaires (A8-0046/2016 - Françoise Grossetête)  
 

J’ai voté en faveur de ce texte sur les médicaments vétérinaires. Il est important d’aligner tous les textes liés aux traitements vétérinaires de façon à interdire l’usage prophylactique des antibiotiques et à lutter contre l’antibiorésistance.

Fabrication, mise sur le marché et utilisation d’aliments médicamenteux pour animaux (A8-0075/2016 - Clara Eugenia Aguilera García)  
 

J’ai voté en faveur de ce texte sur les aliments vétérinaires médicamenteux. Il est important d’aligner tous les textes liés aux traitements vétérinaires de façon à interdire l’usage prophylactique des antibiotiques et lutter contre l’antibiorésistance.

Promotion de véhicules de transport routier propres et économes en énergie (A8-0321/2018 - Andrzej Grzyb)  
 

J’ai voté en faveur de ce texte qui vise à mettre à jour les règles d’investissements publics dans les transports. Il est crucial que les pouvoirs publics investissent dans des modes de transports propres afin de garantir une meilleure qualité de l’air aux citoyens et de limiter l’impact sur le changement climatique. Ce texte propose des objectifs pour les investissements publics dans les véhicules propres adaptés à chaque pays, associés à des sous-objectifs de véhicules « zéro-émission ». Même si ce texte aurait pu être plus ambitieux, il permet d’avancer vers des transports décarbonnés et de donner une ligne directrice aux investissements publics, jusque-là dirigés vers des véhicules à 94% dépendants du pétrole

Contact 

  • Bruxelles 

    Parlement européen
    Bât. Altiero Spinelli
    14G153
    60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
    B-1047 Bruxelles/Brussel
     
  • Strasbourg 

    Parlement européen
    Bât. Louise Weiss
    T08088
    1, avenue du Président Robert Schuman
    CS 91024
    F-67070 Strasbourg Cedex
     
  • Adresse postale 

    Parlement européen
    Rue Wiertz
    Altiero Spinelli 14G153
    1047 Bruxelles
     
    Contact data: