Marie-Pierre VIEU : 8ème législature 

Groupes politiques 

  • 19-06-2017 / 01-07-2019 : Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique - Membre

Partis nationaux 

  • 19-06-2017 / 01-07-2019 : Front de Gauche (France)

Membre 

  • 23-10-2017 / 01-07-2019 : Commission des transports et du tourisme
  • 23-10-2017 / 01-07-2019 : Délégation à l'Assemblée parlementaire euro-latino-américaine

Membre suppléante 

  • 11-10-2017 / 01-07-2019 : Commission des budgets
  • 11-10-2017 / 01-07-2019 : Délégation pour les relations avec les pays de la Communauté andine

Activités parlementaires principales 

Rapport(s) - en tant que rapporteur 
Un rapporteur est nommé par la commission parlementaire saisie au fond pour élaborer un rapport sur les propositions législatives, budgétaires ou autres. Les rapporteurs peuvent ce faisant consulter des experts et les parties prenantes. Ils sont également chargés de rédiger des amendements de compromis et d’engager des négociations avec les rapporteurs fictifs. Les rapports adoptés en commission sont ensuite examinés et mis aux voix en séance plénière. Article 55 du règlement intérieur.

Avis - en tant que rapporteur fictif 
Les groupes politiques désignent un rapporteur fictif pour avis qui suivra l’évolution des travaux et négociera des compromis avec le rapporteur. Article 215 du règlement intérieur

AVIS sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil portant modification du règlement (CE) nº 810/2009 établissant un code communautaire des visas (code des visas)  
- TRAN_AD(2018)625431 -  
-
TRAN 
AVIS sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif au Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM)  
- BUDG_AD(2018)626917 -  
-
BUDG 
AVIS sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif au Fonds social européen plus (FSE+)  
- BUDG_AD(2018)625489 -  
-
BUDG 

Questions orales 
Les questions avec demande de réponse orale suivie d'un débat, adressées à la Commission européenne, au Conseil ou à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l’Union, peuvent être déposées par une commission, un groupe politique ou au moins 5 % des députés qui composent le Parlement. Article 136 du règlement intérieur.

Grandes interpellations 
Les grandes interpellations avec demande de réponse écrite et débat, adressées à la Commission européenne, au Conseil ou à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l’Union, peuvent être déposées par une commission, un groupe politique ou au moins 5 % des députés qui composent le Parlement. Article 139 et annexe III du règlement intérieur.

Autres activités parlementaires 

Explications de vote écrites 
Les députés peuvent expliquer par écrit leur vote en plénière. Article 194 du règlement intérieur.

Protection des personnes dénonçant les infractions au droit de l’Union (A8-0398/2018 - Virginie Rozière)  
 

Les lanceurs d’alertes défendent l’intérêt général au prix de leur avenir professionnel, de leur santé voire de leur liberté. Les négociations interinstitutionnelles sur cette directive ont été houleuses, notamment à cause d’Emmanuel Macron qui s’était joint aux gouvernements de droite extrême en Hongrie et Autriche sur des positions dures concernant les canaux de signalement.
On entend par là la hiérarchisation de signalement par un lanceur d’alerte d’un acte répréhensible en délimitant un processus en deux étapes : d’abord un signalement en interne de l’organisation ou externe vers une autorité compétente, puis un signalement en direction des médias et du public. Macron souhaitait une extrême rigidité quant à cette hiérarchie et faisait semblant de méconnaître le risque que ferait peser tout signalement systématique en interne de son entreprise par un lanceur d’alerte sur son développement professionnel par exemple.
Le Parlement a fait reculer le Conseil et c’est tant mieux. La directive couvrira les salariés, les sous-traitants, les prestataires et toute personne ayant aidé le lanceur d’alerte. Toute entreprise d’au moins 50 employés devra se doter d’un mécanisme interne.
La directive va dans le bon sens et je vote pour.

Instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale (A8-0173/2019 - Pier Antonio Panzeri, Cristian Dan Preda, Frank Engel, Charles Goerens)  
 

Ce texte s’inscrit dans le contexte du cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027 et contient la proposition de fusionner en un seul instrument l’ensemble des instruments financiers existants concernant la coopération internationale et l’aide au développement. Les instruments actuels sont en particulier le Fonds européen de développement, l’Instrument de voisinage européen et l’Instrument de coopération au développement.
Cependant, une telle fusion risque de se faire au détriment du contrôle démocratique. La fusion aura également pour effet de diluer les objectifs en matière de coopération pour le développement, dans la mesure où il sera possible de réaffecter les fonds de la coopération au développement à d'autres objectifs de politique extérieure, notamment en matière de contrôle des migrations et de sécurité. Oxfam craint notamment que «les décisions soient dictées par l'intérêt de l'UE plutôt que par les besoins des populations locales des pays en développement».
Mon groupe de la GUE-NGL pense qu'il aurait été possible d'accroître la complémentarité et la coordination entre les différents instruments sans les fusionner. Je vote contre.

Instrument d'aide de préadhésion (IAP III) (A8-0174/2019 - José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra, Knut Fleckenstein)  
 

Depuis 2007, l’«Instrument d’aide de préadhésion» est le principal instrument financier qui appuie les réformes aussi bien structurelles (néolibérales) qu’en matière d’État de droit dans les pays candidats et candidats potentiels, à savoir les six pays des Balkans occidentaux et la Turquie. Ces réformes s’appuient sur les critères de Copenhague (respect pour tout pays candidat des principes de démocratie, d’État de droit et d’économie de marché), le principe de conditionnalité et l’alignement progressif sur les règles, normes et politiques de l’Union.
Le texte qui nous était soumis correspond à l’instrument pour la période 2021-2027, important tant d’un point de vue financier (14,5 milliards d’euros) que du fait de la temporalité. En effet, Jean-Claude Juncker a évoqué l’année 2025 comme possible date d’adhésion de certains pays des Balkans. Dans ce texte, Parlement insiste sur l’adhésion sous conditions des pays candidats. Et ces conditions posent problème: il ne s’agira pas prioritairement de lutter contre le changement climatique et les inégalités sociales, mais de «sécuriser» les frontières, de limiter les migrations, ou encore d’éliminer les obstacles au libre-échange, y compris les aides d’État (subventions publiques).
Je lutte contre le néolibéralisme au sein de l’UE, ce n’est pas pour le voir appliqué en-dehors. Je vote contre.

Questions écrites 
Les députés peuvent poser un nombre défini de questions avec demande de réponse écrite au président du Conseil européen, au Conseil, à la Commission et à la vice-présidente de la Commission/haute représentante de l’Union. Article 138 et annexe III du règlement intérieur.

Déclarations 

Déclaration d'intérêts financiers