Philippe LAMBERTS
  • Philippe
    LAMBERTS
  • Groupe des Verts/Alliance libre européenne
  • Coprésident
  • Belgique Ecologistes Confédérés pour l'Organisation de Luttes Originales
  • Date de naissance : 14 mars 1963, Bruxelles

Membre

  • BCPR Conférence des présidents
  • ECON Commission des affaires économiques et monétaires

Membre suppléant

  • D-CN Délégation pour les relations avec la République populaire de Chine

Dernières activités

Débat avec le président de la République française, Emmanuel Macron, sur l'avenir de l'Europe (débat)

17-04-2018 P8_CRE-PROV(2018)04-17(4)

Projets ayant nécessité une intervention du Service d'appui à la réforme structurelle (SRSS)

13-04-2018 E-002120/2018 Commission

Débat avec António Costa, premier ministre du Portugal, sur l'avenir de l'Europe (débat)

14-03-2018 P8_CRE-PROV(2018)03-14(6)
  • Lancement de la campagne européenne pour un revenu minimum adapté Je participais ce midi au lancement de la campagne du Réseau Européen de la Lutte contre la Pauvreté (EAPN) sur un revenu minimum européen. Deux bus affrétés par le Réseau vont sillonner une trentaine de pays au cours des deux prochains mois pour sensibiliser sur l’importance d’un revenu minimum permettant de mener une vie décente. Ce projet mobilise un millier de volontaires. Près de 120 millions d’Européens (presque 1 sur 4 !) sont dans une situation de pauvreté ou d’exclusion sociale. Ils sont dans cette situation parce que leurs salaires ou que les systèmes de sécurité sociale ne sont pas assez généreux ou encore, par manque d’information concernant les aides à disposition. Le lancement de la campagne fut aussi l’occasion de mettre des visages sur ces chiffres effarants en faisant témoigner des personnes comme Hélène W. Celle-ci faisait part de son « stress [de savoir si elle pourra] payer les facture (sic) à temps », qu’une fois que le loyer est payé, il ne reste plus grand-chose, qu’un revenu minimum fixé à un niveau adéquat doit permettre d’apporter les soins de santé nécessaires « aux enfants pour prendre un départ correcte (sic) dans la vie », que dans trop de pays, « les minimas sociaux pénalisent la solidarité entre personnes, même dans sa famille » car la cohabitation peut entrainer une baisse des allocations. Il appartient aux décideurs politiques avec le concours des partenaires sociaux d’agir pour remédier à cette situation. Les bus du Réseau ne manqueront pas de leur rappeler leurs responsabilités. Les eurodéputés ont adopté un rapport d’initiative en octobre dernier pour attirer l’attention sur cette problématique et, bien qu’elle ne soit pas dans leurs compétences, proposer des pistes d’actions. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-TA-2017-0403+0+DOC+XML+V0//FR Je retiens en particulier cette recommandation : « Les États membres, lorsqu’ils établissent des systèmes de revenu minimum adéquat, devraient prendre en compte le seuil de pauvreté d’Eurostat, fixé à 60 % du revenu disponible équivalent médian national (après transferts sociaux), ainsi que d’autres indicateurs, tels que les budgets de référence ». Je regrette néanmoins qu’une majorité d’eurodéputés de la commission des Affaires économiques et monétaires n’aient pas voté en faveur de l’amendement que nous avions déposé, mon collègue vert Ernest Urtasun et moi-même, et qui demandaient à la Commission d’ouvrir une consultation publique pouvant mener à une directive européen sur le revenu minimum. Je vous invite à aller faire un tour sur le site de l’EAPN pour suivre les aventures du bus : www.eminbus.eu. (Pour rappel, le revenu minimum est plus large que le salaire minimum puisque ce concept englobe d’autres rentrées des ménages comme les allocations sociales. Et cette question diffère encore de celle du revenu universel qui est bien plus vaste et à laquelle Ecolo a consacré un mini-congrès en décembre 2017.)
    24/04/2018 14:35 - facebook
  • 📢 Protection des lanceurs d'alerte : la Commission est enfin au rendez-vous Une belle victoire collective en ce début de semaine ! Depuis des années, les écologistes font campagne pour la protection des lanceurs d'alerte dans l'Union européenne. Depuis des années, nous demandons à la Commission de faire une proposition législative ambitieuse pour protéger les lanceurs d’alerte au niveau européen. Nous avons même pris la plume pour proposer notre propre proposition de directive en mai 2016. Alors qu'il y a 3 ans, la Commission nous opposait publiquement un refus catégorique, voici que ce matin, elle a enfin publié une proposition (à lire ici : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-18-3441_fr.htm). Ce texte est donc une vraie victoire des écologistes et de la mobilisation citoyenne et de la société civile. Il est la démonstration que, même minoritaires, nous pouvons gagner des batailles au niveau européen en coalisant des majorités autour de nos propositions. Nous nous félicitons que la Commission européenne reconnaisse que les lanceurs d'alerte jouent un rôle essentiel dans la protection de l'intérêt général. Elle reconnaît surtout que la démocratie ne peut pas fonctionner dans un environnement opaque, et que les femmes et les hommes qui divulguent des informations d'intérêt public doivent être protégés et non criminalisés. La proposition n'est pas parfaite mais elle constitue une très bonne base de travail, que nous travaillerons à renforcer, notamment en étendant le champ d'application au maximum de secteurs possibles, en améliorant la protection des salariés, en renforçant les dispositions sur les aides accordées aux lanceurs d'alerte et en garantissant que les révélations anonymes soient protégées. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez prendre connaissance de notre briefing à ce sujet : http://extranet.greens-efa-service.eu/public/media/file/1/5581 📷 Nous manifestions en décembre dernier devant le bâtiment du Berlaymont pour interpeller la Commission à ce sujet. Elle nous aura finalement entendu. 👉 Partagez, likez, commentez 😀
    23/04/2018 17:21 - facebook

Contacts

Bruxelles

  • Parlement européen
    Bât. Altiero Spinelli
    05F253
    60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
    B-1047 Bruxelles/Brussel

Strasbourg

  • Parlement européen
    Bât. Louise Weiss
    T05091
    1, avenue du Président Robert Schuman
    CS 91024
    F-67070 Strasbourg Cedex

Adresse postale

  • Parlement européen
    Rue Wiertz
    Altiero Spinelli 05F253
    1047 Bruxelles