Philippe LAMBERTS
  • Philippe
    LAMBERTS
  • Groupe des Verts/Alliance libre européenne
  • Coprésident
  • Belgique Ecologistes Confédérés pour l'Organisation de Luttes Originales
  • Date de naissance : 14 mars 1963, Bruxelles

Membre

  • BCPR Conférence des présidents
  • ECON Commission des affaires économiques et monétaires

Membre suppléant

  • D-CN Délégation pour les relations avec la République populaire de Chine

Dernières activités

Débat avec Leo Varadkar, Premier ministre de l’Irlande, au sujet de l'avenir de l'Europe (débat)

17-01-2018 P8_CRE-PROV(2018)01-17(8)

Bilan de la présidence estonienne du Conseil (débat)

16-01-2018 P8_CRE-PROV(2018)01-16(2)

Ordre des travaux

15-01-2018 P8_CRE-PROV(2018)01-15(11)
  • Les eurodéputés mettent les femmes au centre de la lutte contre les changements climatiques. Depuis l’affaire Weinstein qui a connu un retentissement important dans un grand nombre de pays et a permis de libérer la parole des femmes, beaucoup d’encre a coulé sur les cas de violences et de harcèlements sexuels, sur la discrimination dont les femmes sont victimes, ou encore sur une conception du monde artificiellement genrée transmise par les publicités et par un enseignement traditionnel. Aujourd’hui, je vous propose d’étoffer la palette en relayant un rapport adopté cette semaine par le Parlement européen. Ce rapport rédigé par Linnéa Engström, ma collègue verte suédoise, traite des femmes, de l’égalité des genres et de la justice climatique. Le voici en intégralité: http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//NONSGML+REPORT+A8-2017-0403+0+DOC+PDF+V0//FR Le rapport met en exergue que les travaux qui ont précédé l’Accord climatique de Paris et les conclusions qui en ont découlé couvrent insuffisamment ces aspects. Or, les femmes sont un acteur majeur des réponses à apporter à ce grand défi du XXIe siècle. En effet, de multiples études pointent que les femmes sont plus sensibles à la question des changements climatiques et comme ce sont elles qui prennent le plus souvent les décisions de consommation au quotidien, elles peuvent par leurs choix influer sur la durabilité. Il semblerait par exemple qu'en optant pour des produits alimentaires locaux, les consommateurs.trices pourraient réduire d’un niveau allant jusqu’à 5 % leurs émissions de gaz à effet de serre. Les femmes et filles méritent une attention particulière car elles se situent au croisement des politiques climatiques, commerciales et de développement de l’UE. Ainsi, par exemple, elles représentent dans certains pays jusqu’à 70 % de la main-d’oeuvre agricole, secteur qui sera fortement touché par les changements climatiques. L’UE a mis au point plusieurs programmes de soutien, notamment en matière d’entrepreneuriat féminin dans le secteur de l’énergie durable dans les pays en développement. C’est bien mais les montants en question sont presque insignifiants ; ils doivent être amplifiés. Plus globalement, se pose la question d’une meilleure prise en compte de la situation et du rôle particuliers des femmes dans les instruments de financement et d’intervention de l’UE. Les parlementaires demandent d’ailleurs que l’UE et les États membres fassent pression pour « le développement, l’adoption et le financement d’un plan d’action sur l’égalité des sexes de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques [dans laquelle s’inscrit notamment l’Accord climatique de Paris], complété par un vaste programme de travail pluriannuel incluant le financement, les domaines d’action prioritaires, un calendrier, des indicateurs-clés de succès, une définition des acteurs compétents ainsi que des mécanismes de suivi et de révision ». De la sorte, les actions entreprises au nom de la lutte contre les changements climatiques s’appuieraient sur des outils tels que "l’analyse générique, les évaluations d’impact par genre, la budgétisation générique et l’indice sur l’environnement et l’égalité des sexes". Parce qu’il faut garantir la parité dans les organes de décision, les eurodéputés rappellent une décision méconnue (21/ CP.22) de la Conférence des parties (les pays participant à la mise en œuvre de la Convention-cadre sur les changements climatiques) qui "invite les parties à nommer au niveau national un coordonnateur spécialiste des questions de genre pour les négociations". 📢 📣 N'hésitez pas à interpeller Marie Christine Marghem, Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et du Développement Durable et Zuhal Demir, Secrétaire d'État à l'Égalité des chances ainsi que leurs homologues régionaux pour que la Belgique honore cet engagement.
    19/01/2018 12:39 - facebook
  • 🌍🌎🌞 Ambitions énergétiques : le Parlement redore le blason de l’UE La Commission avait déposé un paquet de propositions «énergie propre» fin novembre 2016. Ces textes étaient censés appuyer la prétention de Jean-Claude Juncker de faire de l’UE « le numéro un mondial des énergies renouvelables ». Il s’agissait aussi de « renforcer sensiblement l’efficacité énergétique au-delà de l’objectif 2020. » Force était de reconnaître le manque d’ambition de la Commission qui semblait s’accommoder de la lente amélioration de la situation en Europe. Le Parlement européen vient - heureusement ! - de durcir le ton en avançant un objectif d’énergie renouvelable qui devra passer à 35 % et un objectif contraignant d’efficacité énergétique d’au moins 35 % d’ici 2030. Il s’agit d’un relatif succès pour les Verts car la Commission ne proposait que 27 % pour les énergies renouvelables (à la grande satisfaction des Etats membres) alors que nous plaidions pour 45 %. Elle rechignait aussi à aller au-delà de 30 % d’efficacité énergétique tandis que nous exigions 40 %. Nous nous réjouissons aussi d’avoir réussi à faire barrage aux tentatives de ceux qui voulaient affaiblir la directive par le biais de dérogations. Mieux, nous avons réussi à introduire dans le paquet des idées novatrices sur le plan de la législation européenne comme : - des mesures correctrices qui permettront de mieux accompagner l’évolution vers les objectifs fixés si des manquements ou des problèmes sont constatés ; - le fait que l’on établisse un « budget carbone » qui indique précisément combien de tonnes de CO2 nous pouvons encore émettre si l’on veut rester en phase avec les objectifs de l’Accord climatique de Paris et évoluer vers une économie qui, dans l’ensemble, n’émet plus de carbone. - ou bien encore la création d’une plateforme de dialogue entre la société civile, les autorités locales et les gouvernements. La transparence qui en résultera permettra de faire face au lobby des oligopoles de l’énergie de sorte que seul prime l’intérêt de l’avenir de la planète et de ses habitants Sur la question controversée des agrocarburants, sur laquelle vous avez été nombreux à m'interpeller, malheureusement, le Parlement a échoué à établir des critères de durabilité satisfaisants sur la biomasse solide : on pourra continuer à brûler des arbres en Europe, ce qui est une absurdité climatique et économique. Mais la décision a été prise de bannir dès 2021 l'usage d'huile de palme ce qui est une excellente nouvelle! Le développement d'énergies propres et de renouvelable reste trop largement freiné par des agro-carburants polluants et autres "bio-diesels" dont nous devons sortir sans tarder! La forte majorité qui s’est dégagée au Parlement permettra une véritable indépendance énergétique, de créer des emplois, de lutter contre la précarité énergétique et d’envoyer un message clair aux investisseurs, mais aussi à la Commission et au Conseil avec lesquels les négociations pour finaliser les législations européennes débuteront dans les prochaines semaines. Je continuerai à vous en tenir informé.
    17/01/2018 15:20 - facebook
  • 🐙🐟 Belle victoire contre la pêche électrique en Europe! Les eurodéputés se penchaient aujourd'hui sur la politique européenne de la pêche. L’un des enjeux portait sur la pêche électrique, pratique qui à notre grand mécontentement, avait été validée en novembre dernier par la Commission parlementaire Pêche. Nous avions néanmoins déposé un amendement pour la faire interdire. À notre grande satisfaction et, faut-il l’avouer également, à notre grande surprise, cet amendement ainsi que d’autres allant dans le même sens ont été adoptés par une majorité d’eurodéputés. Nous nous réjouissons de cette opposition du Parlement européen au lobby néerlandais qui insistait lourdement pour pérenniser cette pêche destructrice non seulement des écosystèmes marins, mais aussi de la filière de la pêche conventionnelle. Il appartient désormais aux négociateurs du Parlement de tenir bon lorsqu’ils entreront en discussion avec la Commission et le Conseil en vue d’atteindre un accord sur ce texte. 🇧🇪️ Découvrez comment vos eurodéputés belges se sont prononcés à ce sujet dans le visuel ci-dessous. A partager! 🦐🦀🐡🐠
    16/01/2018 17:39 - facebook
  • J'intervenais ce matin en plénière dans un débat sur le bilan de la présidence estonienne. Pour rappel, tous les 6 mois un des pays de l'Union européenne prend la tête du Conseil, c'était donc l'Estonie jusqu'au 31 décembre 2017, c'est maintenant au tour de la Bulgarie (suivie de l'Autriche au 1 juillet 2018). J'ai été impressionné à la fois par l’engagement européen et le professionnalisme dont la présidence estonienne a fait preuve. Une fois de plus, ils ont démontré que ces qualités bien plus que la taille du pays en charge sont le meilleur gage de la réussite d’une présidence. Et je me prends à rêver qu’ensemble, les 3 baltes et les 3 du Benelux joignent leurs visions et leurs efforts pour proposer ensemble les voies d’avenir pour la construction européenne. Il est parfois plus facile à des « petits » qu’à des « grands » d’oser et d’innover et nous en avons grandement besoin. Je vous laisse découvrir ici le reste de mon intervention dans laquelle j'aborde principalement le dossier brûlant des travailleurs détachés pour lequel un accord n'a su être trouvé sous la présidence estonienne et échoit maintenant à la présidence bulgare, très frileuse sur le sujet. N'hésitez pas si vous avez des questions!
    16/01/2018 10:50 - facebook
  • Ecolab #12 // Écoles : pour une transition pédagogique Les grandes réformes qui prennent du temps et promettent un eldorado jusqu’ici jamais trouvé, l'école connaît ! Aujourd'hui, tout le monde fait le constat que notre enseignement a besoin d’air. Tests de performance, évaluations communes, difficultés de remédiation, ennui des élèves, désarroi des enseignants, frustration des parents… L’école a besoin de sa « transition », c’est une évidence. Notre conviction : c’est sur le terrain et par des initiatives locales et partagées qu’elle trouvera un nouveau souffle. Pour changer l'école, on vous invite à parler enseignement sur le format d'une journée d'école ! https://www.facebook.com/events/113297669461368/
    14/01/2018 12:20 - facebook

Contacts

Bruxelles

  • Parlement européen
    Bât. Altiero Spinelli
    05F253
    60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
    B-1047 Bruxelles/Brussel

Strasbourg

  • Parlement européen
    Bât. Louise Weiss
    T05091
    1, avenue du Président Robert Schuman
    CS 91024
    F-67070 Strasbourg Cedex

Adresse postale

  • Parlement européen
    Rue Wiertz
    Altiero Spinelli 05F253
    1047 Bruxelles