• Isabelle   THOMAS  

Isabelle THOMAS : Pisemne wyjaśnienia dotyczące sposobu głosowania - Ósma kadencja Parlamentu 

Posłowie mogą przedkładać pisemne wyjaśnienie na temat stanowiska zajętego w głosowaniu na posiedzeniu plenarnym. Art. 194 Regulaminu

Zasoby przeznaczone na szczególną alokację na Inicjatywę na rzecz zatrudnienia ludzi młodych (A8-0085/2019 - Iskra Mihaylova) FR  
 

En France, plus de 20% des 18-24% ne parviennent pas à trouver un emploi. Si en France, les jeunes sont particulièrement touchés par le chômage, c’est à l’échelle européenne que le fléau s’est installé, avec un taux de chômage qui peut atteindre 44% dans certains pays. Dans certaines régions, on assiste de nouveau à l’émigration des jeunes qui quittent leurs pays pour trouver du travail. L’Union européenne a donc lancé en 2013 «l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes» pour permettre au moins de 25 ans de bénéficier d’une aide ciblée et de se voir proposer un emploi de qualité, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant leur sortie du système scolaire ou la perte de leur emploi. J’ai voté mercredi 27 mars en faveur de l’augmentation de la dotation de l’IEJ pour l’année 2019. Ainsi 116.7 millions d’euros supplémentaires seront alloués, pour un budget total 2019 de 350 millions d’euros. Il est crucial que les Européens se voient donner les moyens nécessaires à la bonne insertion professionnelle de leur jeunesse.

Europejski Fundusz Rozwoju Regionalnego i Fundusz Spójności (A8-0094/2019 - Andrea Cozzolino) FR  
 

Le Fonds européen de développement régional (FEDER) et le Fonds de cohésion (FC) ont deux ambitions: l’égalité des territoires par l’aide aux territoires les moins nantis et l’investissement public qui permet des services publics de qualité pour les citoyens. Le Fonds de cohésion cible les régions les plus pauvres et le FEDER bénéficie à toutes les régions européennes. Je me félicite de l’adoption du rapport sur ces deux fonds, permettant de relever le niveau de vie, pour tous, dans l’Union européenne et particulièrement dans les domaines de l’innovation, de la lutte contre le changement climatique, des transports et des questions sociales. Je me félicite particulièrement de l’abandon dans le rapport final des financements aux énergies fossiles, qui permettent de faire de ces fonds de véritables outils d’accompagnement aux transitions écologiques, sociales et économiques.

Zniesienie sezonowych zmian czasu (A8-0169/2019 - Marita Ulvskog) FR  
 

La Commission Européenne a lancé en juillet 2018 une consultation publique sur la fin du changement d’heure. Les 4,5 millions de citoyens européens ayant répondu ont donné un avis clair : ils souhaitent mettre fin au système actuel. Les Français ayant répondu à la consultation ont eux aussi choisi à plus de 80% des voix la fin du changement d’heure. Le changement d’heure saisonnier est ainsi une pratique rejetée par les Français. Les économie d’énergie réalisées, qui sont censées être la raison d’être du système, sont en réalité marginales: à peine 0,5% dans certains États européens. Dans le même temps, on note un nombre plus élevé d’accidents cardiovasculaires et d’accidents de la route impliquant des piétons et des cyclistes au moment des changements d’heure. Il faut se rendre à l’évidence : le changement d’heure n’a plus la côte et il a des conséquences inattendues et malheureuses. Je partage donc le choix du Parlement Européen d’enterrer ce système et de suivre l’avis exprimé par les citoyens européens.

Prawa autorskie na jednolitym rynku cyfrowym (A8-0245/2018 - Axel Voss) FR  
 

Je me félicite de l’adoption par le Parlement de la directive sur le droit d’auteur dans le marché numérique. Adoptée à une large majorité, celle-ci permet de pallier à la directive de 2002 qui n’anticipait pas les problèmes liés au droit d’auteur dans le marché numérique. Le texte permet de faire porter la responsabilité du respect du droit d’auteur non pas par les usagers mais par les plateformes. Il instaure l’équilibre entre la rémunération et la protection des auteurs d’une part et les droits numériques des usagers d’autre part. Il facilite les utilisations à fins de recherche et de création. En réglementant les licences d’utilisation par les plateformes, il permettra aux utilisateurs d’en bénéficier. Même si l’article 13 a fait couler beaucoup d’encre, il comprend néanmoins un certain nombre d’exceptions légitimes permettant de garantir la liberté d’expression, la liberté d’établissement pour les petites et moyennes entreprises du numérique et le droit au recours.

Sprawozdanie w sprawie przestępstw finansowych, uchylania się od opodatkowania i unikania opodatkowania (A8-0170/2019 - Jeppe Kofod, Luděk Niedermayer) FR  
 

Ce mardi 26 mars, j’ai voté pour le rapport sur la criminalité financière, la fraude fiscale et l’évasion fiscale. Après une année de discussion et de multiples échanges de vues avec les ministres des finances et les commissaires européens, le rapport a enfin été adopté. Ce rapport approuvé par le Parlement européen prévoit d’une part la mise en place d’un observatoire de la lutte contre le blanchiment de capitaux et d’autre part la création d’un organisme fiscal mondial au sein des Nations unies. Le rapport permet également à l’Autorité bancaire européenne de disposer des ressources suffisantes pour améliorer la surveillance et la traçabilité de l’argent d’origine criminelle. Alors que l’évasion fiscale prive les Européens de 825 milliards d’euros chaque année, je soutiens fermement le renforcement de la coopération entre les États membres dans la lutte contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent.

Absolutorium za rok 2017: Europejska Agencja Straży Granicznej i Przybrzeżnej (Frontex) (A8-0153/2019 - Petri Sarvamaa) FR  
 

Depuis 2014, plus de 17 000 personnes sont mortes en tentant de rejoindre le continent européen par la Méditerranée. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuient la guerre, les persécutions et la misère au péril de leur vie. Pour les exilé.e.s empruntant la route Libye- Italie-Allemagne, il faut prendre la mer pour un dangereux voyage, sans assurance aucune de toucher terre avec les siens. Face à cette situation dramatique, quelle a été la réponse proposée par l’Union ? La mise en place de formations pour les garde-côtes libyens sans véritable suivi mais surtout la fin des missions de sauvetages en mer coordonnées par l’opération Sophia depuis 2015. Il s’agit là d’un désengagement total de l’Union alors que les exilé.e.s bloqués sur le territoire libyen sont détenus dans des conditions inhumaines. Dans ces circonstances, comment accepter la décharge budgétaire de Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes ? Je m’y suis opposée et conteste les choix politiques de l’Europe en la matière.

Umowa o wolnym handlu między UE a Singapurem (A8-0053/2019 - David Martin) FR  
 

C’est au tour cette fois de l’accord de libre-échange UE-Singapour d’enfoncer encore un peu plus l’Europe dans la déréglementation et la fuite en avant néolibérale. Cet accord présente les mêmes dangers que les antérieurs (JEFTA, CETA...): pas de chapitre contraignant sur le développement durable, pas d’obligation préalable de ratification des conventions de l’OIT (Singapour n’a ratifié ni celle sur la liberté d’association, ni sur les discriminations, ni sur l’interdiction du travail forcé), fragilisation des normes européennes (notamment en matière de propriété intellectuelle, de pesticides et d’OGM), et libéralisation des services y compris financiers alors que Singapour est à la fois un paradis fiscal et un pavillon de complaisance, synonymes d’évasion fiscale et de précarisation des marins.
Enfin, le mécanisme de règlement des différends entre État et investisseurs est fortement contestable: il permet aux multinationales de recourir à un tribunal d’arbitrage afin de réclamer des dédommagements à l’État lorsqu’une politique publique, par exemple pour protéger le climat ou la justice sociale, est «contraire» aux bénéfices escomptés. Je déplore l’adoption de cet accord contre lequel j’ai voté, alors même que des milliers de signatures ont été récoltées pour s’opposer à ces tribunaux.

Wspólne przepisy dotyczące Europejskiego Funduszu Rozwoju Regionalnego, Europejskiego Funduszu Społecznego Plus, Funduszu Spójności i Europejskiego Funduszu Morskiego i Rybackiego, a także przepisy finansowe na potrzeby tych funduszy (A8-0043/2019 - Andrey Novakov, Constanze Krehl) FR  
 

Le rapport du Parlement européen qui réglemente les conditions d’attribution de tous les fonds européens (fonds sociaux, fonds régionaux, etc.) enregistre des avancées significatives comme la prise en compte du taux de chômage des jeunes, du niveau d’éducation ou des migrants. En particulier, je me félicite de la suppression de la conditionnalité macroéconomique, qui permettait à la Commission européenne de suspendre les fonds attribués aux villes et aux régions lorsque des États ne respectaient pas les règles d’austérités en matière de gouvernance économique et de déficit budgétaire, pénalisant injustement les régions, les associations et les bénéficiaires de ces fonds et contrevenant au principe de solidarité européenne.
Il est toutefois regrettable que les engagements pris dans le rapport en termes de lutte contre le changement climatique restent en deçà de ce qui serait nécessaire pour financer la transition écologique et ne soient pas suffisants pour atteindre les objectifs prévus dans le rapport sur le cadre financier pluriannuel adopté en novembre dernier.
Néanmoins, le rapport bénéficie aux citoyens et est positif dans son ensemble et c’est pourquoi j’ai décidé de voter en faveur.

Umowa o partnerstwie w sprawie zrównoważonych połowów między UE a Marokiem (A8-0027/2019 - Alain Cadec) FR  
 

En février 2018, la Cour de justice de l’UE a exigé que l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc ne soit pas applicable aux eaux du Sahara occidental pour que celui-ci puisse être valide. En effet, la CJUE considère que ce territoire ne fait pas partie du Royaume du Maroc en vertu des résolutions de l’ONU et du principe d’autodétermination. Deux conditions manquaient pour pouvoir inclure le Sahara occidental : le consentement du peuple sahraoui et la rétribution aux populations sahraouies en contrepartie de l’accord de pêche.
Or, les conditions exigées par la Cour ne semblaient pas être réunies par le nouvel accord présenté au Parlement. C’est pourquoi j’avais signé, avec une centaine de députés, une résolution pour demander que ce nouvel accord soit soumis à la CJUE pour avis avant tout vote au Parlement, ce qu’a rejeté la majorité.
Je déplore ainsi que l’extension de l’accord des pêches aux eaux territoriales sahraouies ait été votée en dépit du risque de violation du droit international et au mépris du processus politique de l’ONU en cours sur le statut final du Sahara occidental.

Porozumienie między UE a Marokiem dotyczące zmiany protokołów nr 1 i 4 do Układu eurośródziemnomorskiego (rezolucja) (A8-0478/2018 - Marietje Schaake) FR  
 

Je me suis opposée à l’extension de l’accord commercial UE-Maroc à la partie méridionale du Sahara occidental et déplore sa validation. Depuis une quarantaine d’années, un conflit territorial sur cette partie du Sahara oppose le Maroc aux populations du Sahara occidental. Saisie par le Front Polisario, mouvement politique du peuple sahraoui, la Cour de justice de l’Union avait considéré en 2016 que l’accord UE-Maroc de 2013 n’était pas applicable au Sahara occidental en l’absence de mention expresse du territoire et de consentement libre et explicite du peuple sahraoui. Si l’accord actuel satisfait la première condition, la question du consentement effectif des populations locales, elle, n’est pas démontrée. C’est pourquoi, avec une centaine de députés, j’avais signé une résolution pour demander que ce nouvel accord soit soumis à la CJUE pour avis avant tout vote du Parlement, ce que nous a refusé la majorité. Cette modification de l’accord est susceptible d’entraver le processus de négociations de l’ONU en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui garantisse l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, droit pourtant consacré par le droit international et que l’Union européenne se doit de respecter.

Unijna procedura wydawania zezwoleń na dopuszczenie pestycydów do obrotu (A8-0475/2018 - Norbert Lins, Bart Staes) FR  
 

Grâce à une étude commandée par plusieurs eurodéputés de gauche dont Guillaume Balas, il est apparu que le rapport des autorités sanitaires allemandes réalisé à l’occasion du renouvellement de l’autorisation du glyphosate reprenait mot pour mot l’argumentaire de la demande d’autorisation déposée par Monsanto. Ce scandale prouve une fois de plus la nécessité de respecter strictement le principe de précaution et de garantir une évaluation scientifique indépendante, objective et transparente des substances actives et des pesticides.
Face à l’inaction du Conseil et de la Commission, le Parlement européen s’est saisi de la question. Dans cette nouvelle résolution, il appelle à garantir aux citoyens l’accès aux informations utilisées dans le cadre de la procédure d’autorisation, à renforcer l’évaluation continue des pesticides sur la santé et à mettre fin à leur déversement à proximité d’habitations, d’écoles, d’hôpitaux ou de maternités. Il exige également que davantage de ressources financières soient allouées à l'Autorité européenne de sécurité des aliments (l’EFSA) afin de renforcer l’indépendance et l’efficacité de ses travaux.
Je me félicite de l’adoption de ce rapport. Il contribuera à améliorer les procédures européennes d’autorisation des pesticides afin d’assurer un niveau plus élevé de protection de la santé humaine et animale et de l’environnement.

Zawarcie umowy o statusie między UE a Albanią dotyczącej działań prowadzonych przez Europejską Agencję Straży Granicznej i Przybrzeżnej w Albanii (A8-0463/2018 - Bodil Valero) FR  
 

Depuis la révision de son mandat en 2016, Frontex a la possibilité de déployer du personnel dans des pays non membres de l’UE dans le but de soutenir ces derniers dans la gestion des frontières. Ces déploiements à l’extérieur de l’UE font obligatoirement l’objet d’un accord préalable qui fixe le cadre des opérations comme son périmètre, les responsabilités civiles et pénales, afin de garantir leur transparence. Le rapport voté ce mardi 15 janvier définit la position du Parlement quant à la première proposition d’accord sur le statut de l’Union, qui concerne l’Albanie. J’ai voté en faveur de celui-ci, car il insiste à juste titre sur l’obligation des agents de Frontex à respecter les droits fondamentaux pendant l’exercice de leurs fonctions. Sur la recommandation de la Médiatrice européenne, il établit notamment l’obligation d’instaurer un mécanisme efficace de traitement des plaintes afin de mettre un terme à l’impunité de l’Agence, et invite par ailleurs la Commission à mener une évaluation systématique sur la situation des droits humains dans le pays concerné dont les résultats devront être communiqués au Parlement européen.

Uwzględnianie aspektu płci w Parlamencie Europejskim (A8-0429/2018 - Angelika Mlinar) FR  
 

Je me réjouis de l’adoption de ce rapport d’initiative en faveur d’une approche intégrée de l’égalité femmes-hommes au sein du Parlement européen comme à travers ses politiques et félicite notamment Édouard Martin pour son travail.
Alors que les femmes représentent plus de la moitié du personnel du Parlement européen, elles sont encore et toujours sous-représentées dans les postes à plus hautes responsabilités aux niveaux administratif et politique, que ce soit à cause des stéréotypes sexistes relatifs à la capacité à diriger des femmes ou à cause du mauvais partage des responsabilités familiales entre les femmes et les hommes. Le rapport formule diverses recommandations afin de prendre en compte les questions d’égalité de genre de façon transversale dans les travaux du Parlement, y compris dans sa composition et son organisation afin de garantir une répartition plus équitable des postes entre les femmes et les hommes à tous les niveaux.
Je salue également les nouvelles propositions - malheureusement nécessaires - relatives à la lutte contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail telles que l’organisation de formations obligatoires à destination des députés et du personnel et la création d’un code du comportement approprié des députés dans l’exercice de leurs fonctions.

Europejskie Wspólne Przedsięwzięcie na rzecz Realizacji Projektu ITER i Rozwoju Energii Termojądrowej (A8-0393/2018 - Marian-Jean Marinescu) FR  
 

À l’heure de l’urgence climatique, le recours aux énergies fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz, n’est plus une option viable. Non seulement ces ressources se raréfient alors que la demande en énergie augmente, mais elles sont également la principale cause de pollution dans le monde. La fusion nucléaire, source d’énergie abondante, pérenne et non-émettrice de gaz à effet de serre, apparaît alors comme une alternative particulièrement intéressante. Le projet expérimental ITER vise à l’industrialisation de cette nouvelle source d’énergie et associe 35 pays afin de partager les coûts de recherche et de développement. Néanmoins, si l’objectif de ce projet est important pour que ces technologies puissent bénéficier à tous, les retards et les dépassements de budget se succèdent : en dix ans, le budget a été triplé et il faudrait attendre 2050 pour produire de l’électricité à partir de cette énergie alors que le rapport du GIEC appelle à atteindre la neutralité carbone avant 2050. Ces évolutions remettent en question l’intérêt réel du projet et c’est pourquoi j’ai préféré m’abstenir sur ce texte.

Równouprawnienie płci w kontekście polityki podatkowej w UE (A8-0416/2018 - Marisa Matias, Ernest Urtasun) FR  
 

Si les politiques fiscales s’appliquent en principe de la même façon à l’ensemble des individus et paraissent à première vue dépourvues de caractère sexiste, elles peuvent en pratique avoir des incidences différentes selon qu’on est un homme ou une femme, jusqu’à renforcer les écarts actuels entre les sexes en matière d’emploi, de revenu, de retraite ou encore de pauvreté.
Ce rapport vise ainsi à inclure la dimension du genre dans l’élaboration de ces politiques afin d’éliminer tout préjugé sexiste en matière de fiscalité. L’imposition commune pour les couples, par exemple, est susceptible de décourager la participation des femmes au marché du travail et de diminuer leur indépendance économique. Outre l’invitation faite en conséquence d’introduire l’imposition individuelle, le rapport préconise également de reconnaître enfin les produits d’hygiène féminine comme produits de première nécessité dans l’ensemble des pays européens, de mettre fin à la fameuse «taxe tampon» profondément injuste et de répondre à l’angoisse partagée tous les mois par des femmes sans-abri, étudiantes ou travailleuses pauvres qui ont difficilement accès à ces produits.
J’ai voté en faveur de ce rapport progressiste et me réjouis de son adoption finale en dépit des tentatives de blocages de la droite.

Wspólny system podatku od usług cyfrowych pobieranego od przychodów wynikających ze świadczenia niektórych usług cyfrowych (A8-0428/2018 - Paul Tang) FR  
 

Le Parlement européen a voté majoritairement en faveur d’une taxe sur les services numériques, ce jeudi 13 décembre quand les États restent incapables de s’accorder sur la question. En Europe, les multinationales du numérique dont les « GAFAM » profitent allégrement de l’obsolescence des règles fiscales actuelles et de l’absence d’harmonisation entre États. Les multinationales en profitent pour installer leur siège social dans les pays à taux d’imposition faible tels que l’Irlande ou le Luxembourg. Alors que les scandales financiers se multiplient et que les protestations sociales font rage, la justice fiscale doit être la priorité absolue des pouvoirs publics. J’ai voté en faveur du rapport.
Je déplore néanmoins la très faible portée de cette proposition : taxe provisoire, taux dérisoire, qui ne concerne qu’une infime partie des multinationales qui pratiquent l’évitement fiscal, privant les finances publiques d’une énorme partie des recettes fiscales dues ! En se concentrant sur les géants du numérique, on oublie toutes les grandes entreprises bancaires, automobiles, agroalimentaires, pharmaceutiques, de la grande distribution, de restauration rapide, etc. Nous attendons la taxe sur les multinationales, dont la base unique a été votée par le Parlement européen en mars dernier.

Nowy budżet ogólny Unii Europejskiej na rok budżetowy 2019 - wszystkie sekcje FR  
 

Le rapport du Parlement sur le budget 2019 a été soumis au vote ce mercredi 12 décembre. Avec les députés de la délégation Génération.s, j’ai fait le choix de m’abstenir sur celui-ci.
Si le travail du rapporteur général au budget Viotti a été remarquable, plusieurs éléments m’ont conduite à l’abstention. Tout d’abord, parce que les États membres ont exigé que la part que chacun d’entre eux devait verser au fonds pour la Turquie, symbole de la déresponsabilisation de l’Union sur les politiques migratoires, soit prélevé sur le budget européen.
D’autre part, le budget 2019 reste en-deçà des besoins actuels des européen.ne.s en matière de politiques sociales, de lutte contre les inégalités et la pauvreté, et de financement de l’accueil des exilé.e.s.
Cerise sur le gâteau, le refus du Conseil de réaffecter les fonds de la recherche inutilisés en 2017 au budget de la recherche pour 2019, procédure pourtant inscrite dans le règlement financier, constitue la preuve que, loin des beaux discours sur la recherche et leurs priorités, les États membres, sur ce sujet comme sur les autres, se cantonnent à une politique d’austérité budgétaire.

Decyzja Rady w sprawie zawarcia Umowy o partnerstwie gospodarczym między Unią Europejską a Japonią (A8-0367/2018 - Pedro Silva Pereira) FR  
 

Après le TTIP et le CETA, c’est au tour du JEFTA, accord de libre-échange avec le Japon, d’enfoncer encore un peu plus l’Europe dans la dérégulation et la fuite en avant néolibérale. Concernant près d’un tiers du PIB mondial, c’est le plus large accord commercial jamais signé par l’UE. Or, comme avec le TTIP ou le CETA, c’est encore un nivellement par le bas des normes sociales et environnementales qui se dessine. De nombreux aspects de l’accord sont extrêmement préoccupants : libéralisation de tous les services à de rares exceptions près, absence de garantie réelle du principe de précaution, adoption d’un chapitre non-contraignant sur le développement durable et le climat, non-ratification par le Japon de deux conventions de l’OIT concernant le travail forcé et la discrimination, faible protection des espèces marines et j’en passe.
J’ai évidemment voté contre ce rapport, et regrette que la majorité de députés n’en ait pas fait de même. Cet accord est une bombe à retardement tant pour notre planète que pour les travailleurs européens. Les citoyens européens demandent plus de protections sociales et environnementales. Alors que l’Union traverse d’ores et déjà une crise politique et de légitimité majeure, ce rapport envoie un signal très mauvais.

Ustalenia i zalecenia Komisji Specjalnej ds. Terroryzmu (A8-0374/2018 - Monika Hohlmeier, Helga Stevens) FR  
 

Alors que l’attaque terroriste de la veille dans le centre de Strasbourg était encore dans tous les esprits, le Parlement européen a adopté le 12 décembre les recommandations de la commission spéciale sur le terrorisme. Cette commission, mise en place en 2017, était chargée d’évaluer et d’examiner l’ampleur de la menace terroriste en Europe et la mise en œuvre des mesures antiterroristes coordonnées entre États membres. Le texte, non contraignant, fait le bilan des lacunes existantes dans la lutte contre le terrorisme au niveau européen et propose des mesures visant à renforcer la coopération entre les États membres, telles que prévenir la radicalisation, empêcher le financement du terrorisme, améliorer l’échange d’informations et la protection des frontières extérieures et prévoir une meilleure protection des victimes grâce à un fonds d’indemnisation européen. Si des formulations tout à fait inappropriées m’ont empêchée de voter en faveur du texte – notamment le lien établi entre «auteurs d’attentats terroristes» et «migrants de deuxième et troisième génération» –, j’ai décidé, compte tenu de la gravité du sujet et de la pertinence d’un certain nombre de mesures, de m’abstenir afin de ne pas bloquer complètement l’adoption du rapport.

Ustanowienie Europejskiego Funduszu Obronnego (A8-0412/2018 - Zdzisław Krasnodębski) FR  
 

Dans un contexte de tensions politiques et de désengagement américain de l’OTAN, l’autonomisation de la défense européenne constitue une réorientation stratégique pour l’Europe. Elle a guidé l’initiative d’un « Fonds européen de défense » doté de 13 milliards d’euros, visant à soutenir les projets de recherche et développement menés conjointement par des acteurs européens.
Il s’agit de renforcer la coopération des acteurs industriels européens, sortir d’une concurrence fratricide et développer des savoir-faire communs, réorienter les acteurs du secteur vers un marché européen plus intégré et s’affranchir de leur dépendance à l’export.
Je soutenais également une dimension éthique et de transparence cruciale pour ce fonds, à savoir un contrôle strict de ce qui pourra ou non être financé, sur la base des traités de prohibition déjà existants et de nouveaux garde-fous, notamment pour les armes létales autonomes (drones tueurs). Cette précaution n’ayant hélas pas trouvé de majorité, je n’ai pu voter en faveur de ce rapport.
Bien que favorable à une position de défense européenne, la défense et la sécurité ne peuvent se substituer, notamment sur le plan budgétaire, aux politiques de solidarité. En conséquence, le renforcement du budget européen à travers le cadre financier pluriannuel 2021-2027 reste la priorité absolue.