Philippe LAMBERTS
  • Philippe
    LAMBERTS
  • Grupa Zielonych / Wolne Przymierze Europejskie
  • Współprzewodniczący
  • Belgia Ecologistes Confédérés pour l'Organisation de Luttes Originales
  • Data urodzenia: 14 marca 1963, Bruxelles

Członek

  • BCPR Konferencja Przewodniczących
  • ECON Komisja Gospodarcza i Monetarna

Zastępstwo

  • D-CN Delegacja do spraw stosunków z Chińską Republiką Ludową

Ostatnie prace

Skład Parlamentu Europejskiego (debata)

07-02-2018 P8_CRE-PROV(2018)02-07(4)

Komunikat Przewodniczącego

05-02-2018 P8_CRE-PROV(2018)02-05(5)
  • Bonne nouvelle : Apple condamnée dans son procès contre Attac ! Ce vendredi, la firme de Cupertino a été déboutée de l’ensemble de ses demandes et condamnée à verser 2000 euros à l’association altermondialiste par le tribunal de grande instance de Paris. Apple demandait en effet que l’association pour la taxation des transactions financières (Attac) soit interdite d’accès à ses magasins français, sous peine d’une astreinte de 150 000 euros par violation de l’interdiction ! Quelle était la raison des poursuites engagées par Apple ? Durant l’automne 2017, des militants d’Attac avaient à plusieurs reprises envahi un magasin à Paris dans le cadre d’une campagne de l’association intitulée : #ApplePayeTesImpôts. Ces actions avaient été menées suite au scandale des « Panama Papers », qui avait révélé que la société californienne pratique l’évasion fiscale à grande échelle via sa résidence fiscale de Jersey. Plus d’info via le communiqué de presse d’Attac : https://france.attac.org/actus-et-medias/salle-de-presse/article/proces-applecontreattac-apple-condamnee-attac-agit-pour-l-interet-general
    23/02/2018 18:37 - facebook
  • Nous commençons notre facebook live migration/asile, n’hésitez pas à nous poser vos questions !
    23/02/2018 12:29 - facebook
  • On se retrouve ici dans 2h pour notre Facebook live migration, Europe forteresse et crise de l'accueil ? À vos questions !
    23/02/2018 10:26 - facebook
  • Index de perception de la corruption 2017 : la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie en bas de l'échelle européenne L'ONG anti-corruption Transparency International a publié hier soir son index de perception annuel de la corruption du secteur public. L'échelle va de 0 à 100, 0 étant un pays extrêmement corrompu et 100 extrêmement sain. Si les 28 de l'Union européenne reçoivent tous un score égal ou supérieur à la moyenne mondiale qui est de 43, la situation est loin d'être rose partout. Les pays qui ferment la marche européenne sont la Bulgarie, la Hongrie, et la Roumanie. L'autoritarisme qui se répand dans cette région menace les libertés civiles : les ONG et les médias indépendants y connaissent des difficultés croissantes à exercer leur rôle de contrôle et critique des autorités. La Bulgarie, bonne dernière, arrive tout juste au score moyen. Ce résultat n'est pas surprenant au vu notamment du rapport que nous avons publié voici quelques semaines sur la corruption dans ce pays, et qui épinglait le manque d’action tant en Bulgarie qu’au niveau de l'UE pour lutter contre la corruption endémique qui fragilise l’état de droit et la démocratie en Bulgarie. Ce rapport, que vous pouvez découvrir ici https://www.greens-efa.eu/en/article/press/new-study-highlights-corruption-and-calls-for-action-at-eu-level/, révèle les liens entre le gouvernement bulgare, les oligarques, les banques et les médias. Il met également en garde contre les dangers de la nouvelle loi bulgare sur la corruption. La Bulgarie qui assure actuellement la Présidence de l’UE est l’État membre le moins performant dans la lutte contre la corruption. Par ailleurs, il se classe également au 109e rang du classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. L'index de la Hongrie présente depuis 6 ans une détérioration qui coïncide avec le durcissement des politiques du Premier ministre Viktor Orban en matière de contrôle des institutions publiques et de musèlement de la société civile. Elle constitue un exemple dramatique du rétrécissement de l'espace laissé à la société civile, ciblant particulièrement les ONG, mais le gouvernement tente aussi de réduire au silence les voix indépendantes de la société civile en général ainsi que du monde académique, sans compter les limitations à la liberté de la presse. Le Parlement européen a d'ailleurs décidé en juillet dernier de rédiger un rapport, dont ma collègue Judith Sargentini est rapportrice, sur la violation des principes et valeurs fondamentales de l’UE par le gouvernement hongrois. Notons malgré tout l'amélioration remarquable de certains pays : la Grèce, l'Italie, la République tchèque, Chypre et la Lettonie ont considérablement remonté dans le classement ; le Danemark, la Finlande et la Suède forment sans surprise le peloton de tête de l'Union. Quant à la Belgique, avec un score de 75 et une 16ème place, elle tire son épingle du jeu ; j'avoue me demander comment nous nous en tirons aussi bien entre le Kazakhgate, le Samu Social et autres GIAL... Transparency International prévient les dirigeants européens : là où l'état de droit se dégrade fortement s'ensuit un déferlement de corruption d'État. Les écologistes au Parlement européen ont fait de la transparence et de la démocratie l'une de leurs priorités, et la détérioration de l'état de droit dans plusieurs pays retient toute notre attention. De manière générale, la Commission européenne doit se montrer plus ambitieuse dans la lutte contre la corruption qui gangrène certains États membres et fragilise l’état de droit et la démocratie. Il est grand temps que nous, en tant qu’Union européenne, défendions les valeurs que nous partageons entre pays membres de l’UE.
    22/02/2018 16:46 - facebook
  • 5 raisons de s'opposer à la fusion Bayer-Monsanto Avec une journée mondiale de manifestation à son nom et un tribunal international, la multinationale américaine Monsanto est l'une des entreprises les plus détestées au monde. Les raisons de cette animosité sont nombreuses : la commercialisation de certains des produits les plus dangereux de l’histoire (agent orange, DDT...) - dont beaucoup ont été interdites depuis, sa contribution à la chute spectaculaire de la biodiversité, sa participation à un modèle de production alimentaire globalisé qui affame au lieu de nourrir, ses interventions inacceptables contre les chercheurs ayant le malheur de trouver des résultats contraires aux intérêts de l’entreprise, etc. En septembre 2016, le groupe allemand pharmaceutique et agro-chimique Bayer, moins controversé mais pas plus fréquentable, a annoncé son intention d'acquérir Monsanto. La Commission européenne doit se prononcer sur ce projet de fusion : elle est chargée d'apprécier la légalité des concentrations sous l'angle de la concurrence, c'est donc notre Commissaire favorite, Margrete Vestager, qui tient la barre. Une décision est annoncée pour le 5 avril. Si cette opération devait être autorisée par la Commission européenne, elle aboutirait à la création de l'entreprise la plus puissante au monde dans le secteur des semences et des pesticides. Découvrez ci-dessous les 5 raisons pour lesquelles la Commission doit s'opposer à ce mariage néfaste. 1. C'est mauvais pour les agriculteurs. Cette transaction prend place dans un secteur déjà extrêmement concentré après d'autres fusions (Dow-Dupont, Syngenta-ChemChina). La fusion de Monsanto et Bayer générerait un monstre représentant 24% du marché mondial des pesticides, et 29% du marché des semences. Alors que la grande majorité des agriculteurs européens sont dans la difficulté, coincés entre des prix non rémunérateurs et un coût croissant des intrants agricoles, cette fusion renforçant l'agro-business les enfoncerait encore davantage. 2. C'est mauvais pour la biodiversité. La concentration des pouvoir dans les mains d'un nombre toujours plus réduit d'entreprises a déjà contribué à réduire drastiquement la diversité des semences vendues et utilisées par les agriculteurs. Le secteur semencier ne travaille que sur 16 espèces différentes parmi les 7000 plantes domestiquées ! Fusionner ces entreprises aura également pour conséquence une concentration de brevets chez quelques acteurs. La stratégie est claire : il faut breveter le plus de variétés ou traits possibles -certains allant jusqu'à tenter de breveter des semences naturellement présentes dans l'environnement - afin de conditionner l'accès à ces semences au paiement de redevances. Livrer la source de notre alimentation à une poignée de multinationales ne semble pas être une stratégie responsable, et encore moins lorsque lesdites compagnies se rachètent les unes les autres afin d’augmenter leur emprise sur le marché. 3. C'est mauvais pour la planète. Monsanto a beau être la cible préférée des activistes, la convergence de stratégie avec Bayer est évidente. W. Baumann, le PDG de Bayer, déclarait d'ailleurs il y a quelques mois : "Cela fait longtemps que nous respectons la stratégie de Monsanto et nous partageons leur vision". En quoi consiste cette stratégie ? Vendre des semences de plantes "hautement productives", mais uniquement lorsqu'elles sont associées à l'utilisation des pesticides et herbicides commercialisés par les mêmes entreprises. Les agriculteurs doivent acheter de nouvelles semences tous les ans, ainsi que les produits chimiques qui vont avec. Il est démontré que ce système entraîne une utilisation fortement accrue de produits phytosanitaires, avec des conséquences graves pour les écosystèmes. Dans ce contexte, la fusion serait un désastre pour l’environnement. En effet, le géant né de cette union deviendrait un “super - lobbyiste” à l’influence économique écrasante, rendant très difficile toute transition vers un modèle agricole plus respectueux de la nature dans l’UE. 4. C'est mauvais pour votre santé. Plusieurs produits commercialisés par les deux géants Monsanto et Bayer ont été accusés d'avoir des impacts sur la santé humaine. Pour chaque produit interdit, un nouveau produit est mis sur le marché, prétendument moins problématique jusqu'à ce que la science ne démontre le contraire. On le sait, le prix à payer est particulièrement élevé pour les agriculteurs et leurs familles. Et n'oublions pas qu'en rachetant Monsanto, Bayer deviendrait à la fois le plus gros acteur européen dans le domaine des produits chimiques agricoles et dans celui du médicament. Les deux branches étant gérées par le même conseil d'administration... 5. Cela pourrait permettre à Monsanto d'échapper à ses responsabilités légales. Monsanto fait face à plusieurs procès devant des cours de justice nationale, le plus emblématique étant celui porté devant la Cour de San Francisco par plusieurs centaines d'agriculteurs étatsuniens et leurs familles qui accusent le Roundup d'être responsable de leurs lymphomes non-Hodgkinien (un type de cancer). Certains craignent que le rachat de Monsanto par Bayer permette d'éteindre certaines des poursuites légales, laissant les victimes de Monsanto avec encore moins de moyens. Vous aussi, vous voulez empêcher l'émergence du monstre à deux têtes Baysanto ? Faites-le savoir à la Commissaire Vestager en signant la pétition ! https://act.wemove.eu/campaigns/non-baysanto
    21/02/2018 17:55 - facebook
  • 20 février: Journée mondiale de la justice sociale Nous ne devrions pas avoir besoin d'une journée spécifique pour parler et s'engager pour la justice sociale. Rappelons que c'est notamment un principe transversal des Objectifs de Développement Durable adoptés par la communauté internationale en 2015. Mais, une piqûre de rappel ne fait jamais de mal, surtout dans le contexte politique actuel si hostile à la justice sociale. Cette année, les Nations Unies, initiatrice de cette Journée, ont décidé de mettre l’accent sur le sort des 150 millions de travailleurs migrants qui souffrent de conditions de travail particulièrement rudes et risquent d’être victimes de trafics d’êtres humains. Si le respect des droits fondamentaux des travailleurs migrants - et de tous les travailleurs ! - est un enjeu fondamental, cette Journée est l’occasion de rappeler qu'en Europe, la directive détachement est toujours en cours de négociation. Cette directive définit les protections et droits dont peuvent se réclamer les 2 millions d’Européens qui travaillent temporairement dans un autre Etat membre pour y effectuer une mission particulière. Les discussions devraient bientôt se clôturer et on espère que les négociateurs s’inspireront au maximum du rapport adopté par le Parlement européen il y a quelques mois. Cette Journée est également l’occasion de rappeler au gouvernement belge qu'"en 2016, l’Assemblée générale des Nations Unies [Belgique y compris] a décidé d’élaborer un Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière afin d’améliorer la gouvernance des migrations, de relever les défis et de renforcer la contribution des migrants au développement durable. Nous pouvons choisir de faire en sorte que les migrations de main-d’œuvre ne présentent que des avantages pour les migrants comme pour les communautés d’accueil." Un rappel très actuel pour le gouvernement Michel.. Je vous souhaite une très belle Journée de la justice sociale! Partagez, aimez, commentez! http://www.un.org/fr/events/socialjusticeday/index.shtml
    20/02/2018 12:28 - facebook

Lista kontaktów

Bruxelles

  • Parlement européen
    Bât. Altiero Spinelli
    05F253
    60, rue Wiertz / Wiertzstraat 60
    B-1047 Bruxelles/Brussel

Strasbourg

  • Parlement européen
    Bât. Louise Weiss
    T05091
    1, avenue du Président Robert Schuman
    CS 91024
    F-67070 Strasbourg Cedex

Adres pocztowy

  • Parlement européen
    Rue Wiertz
    Altiero Spinelli 05F253
    1047 Bruxelles