Défense: les députés exhortent les États membres à faire preuve de volonté politique et à unir leurs forces 

La coopération en matière de défense dans l’UE dépend actuellement davantage de la volonté politique que de considérations juridiques, affirment les commissions des affaires étrangères et constitutionnelles dans une résolution commune soumise au vote du Parlement jeudi.

Les députés proposent que l’Agence européenne de défense (AED) et la coopération structurée permanente (PESCO) soient traitées comme des institutions de l’UE sui generis et qu’elles soient financées par le budget de l’Union. Ils plaident également pour la mise en place d’un modèle de réunion de "ministres de la défense" au sein du Conseil des ministres de l’UE.


Ils considèrent par ailleurs qu’il est essentiel d’accroître les dépenses nationales en matière de défense à 2% du PIB, insistant sur le fait que cela signifierait trouver 100 milliards d’euros supplémentaires pour la défense d’ici à la fin de la prochaine décennie.


Contexte

 

Cette résolution vise à clarifier la position de Parlement européen sur l’avenir des politiques de défense de l’UE, dans le contexte du 60e anniversaire du traité de Rome. Elle envisage diverses possibilités en vue d’approfondir la coopération européenne en matière de défense dans le cadre du traité de Lisbonne.



Débat: mercredi 15 mars

Vote: jeudi 16 mars

Procédure: résolution non législative

#EUDefence #CSDP @EUDefenceAgency