Évaluation de la politique européenne de sécurité un an après les attentats terroristes de Bruxelles 

Les progrès réalisés dans le cadre du programme européen de sécurité depuis les attentats terroristes du 22 mars 2016 à Bruxelles feront l’objet d’un débat mercredi. Renforcer le partage d’informations, lutter contre le financement du terrorisme, prévenir la radicalisation et mieux contrôler les frontières extérieures terrestres et maritimes de l’UE représentent les principales priorités.

Cette dernière année, l’UE a, entre autres, adopté une directive sur l’utilisation des données des dossiers passagers (données PNR), qui devrait contribuer à repérer les terroristes. Elle a aussi mis à jour les règles relatives aux mesures de lutte contre le terrorisme et a introduit de nouvelles exigences pour contrôler toute personne franchissant les frontières extérieures de l’UE.


De nouvelles initiatives sont en cours, notamment la révision du système d’informations Schengen et du système européen d’information sur les casiers judiciaires, ainsi que la mise en place d’un nouveau système européen d'information et d'autorisation concernant les voyages (ETIAS) afin d’effectuer un contrôle préalable des voyageurs entrant dans l’espace européen sans visa.


En septembre 2016, Sir Julian King a été désigné commissaire chargé de l'union de la sécurité - un portefeuille créé récemment.

 

Débats d’actualité

 

Le nouveau règlement du Parlement (article 153) prévoit un débat d’actualité, d’une durée comprise entre 60 et 90 minutes, lors de chaque session afin d’aborder des sujets d’actualité d’intérêt majeur pour la politique européenne. Ces sujets sont proposés par un groupe politique et chaque groupe a le droit de proposer au moins une fois un tel débat.

 

 

Débat: mercredi 15 mars

Procédure: débat d’actualité

#PNR #SecurityUnion