Relocalisation des réfugiés: les pays de l’UE doivent honorer leurs engagements 

Le Parlement appellera de nouveau les États membres à transférer les réfugiés depuis l’Italie et la Grèce vers d’autres pays de l’UE, comme ils l'ont convenu par eux-mêmes en septembre 2015.

Malgré l’engagement des États membres à relocaliser 160 000 demandeurs d’asile depuis les pays situés en "première ligne", l’Italie et la Grèce, d’ici à septembre 2017, quelque 18 000 personnes seulement ont dans les faits été relocalisées - soit un peu plus de 11% du total. Après le débat prévu en plénière avec le Conseil et la Commission mardi matin, les députés se prononceront sur une résolution jeudi.


Progrès dans les États membres

 

Jusqu’à présent, Malte et la Finlande sont les deux seuls pays sur la bonne voie pour honorer leurs obligations envers l’Italie et la Grèce dans les temps. Certains pays, comme la Bulgarie, la Croatie et la Slovaquie, relocalisent des réfugiés sur une base très limitée. Alors que l’Autriche a annoncé une relocalisation prochaine, la Hongrie et la Pologne refusent toujours de participer tout simplement au système.


En bref

 

Conformément aux décisions d’urgence adoptées en septembre 2015, 160 000 demandeurs d’asile qui ont de grandes chances d’obtenir le statut de réfugiés devraient être déplacés depuis l’Italie et la Grèce vers d’autres États membres, d’ici à septembre 2017, pendant le traitement de leur demande.



Débat: mardi 16 mai

Vote: jeudi 18 mai

Procédure: déclarations du Conseil et de la Commission avec résolution

#refugees #migration