Perturbateurs endocriniens dans les pesticides: appel à opposer un veto à la proposition de la Commission 

Les députés se prononceront mercredi sur une proposition de la Commission européenne qui exempterait certaines substances chimiques du champ des critères d’identification des perturbateurs endocriniens dans les pesticides et les biocides.

Le projet de texte de la commission de l’environnement affirme que la Commission européenne a outrepassé son mandat en proposant une exemption pour certaines substances, telles que les pesticides délibérément conçus pour cibler le système endocrinien d’un organisme, du champ des critères scientifiques permettant d’identifier les perturbateurs endocriniens.


Selon la législation actuelle de l’UE, une substance active ne peut être approuvée que si elle n'est pas considérée comme ayant des effets perturbateurs endocriniens sur des organismes non ciblés.


À savoir

 

L’identification de propriétés des perturbateurs endocriniens de substances chimiques par des critères scientifiques est un premier pas vers la réduction de leur exposition.


Un rapport de l’UNEP et de l’OMS a qualifié les perturbateurs endocriniens de "menace mondiale", faisant notamment référence à la hausse de nombreux troubles liés aux perturbateurs endocriniens chez l’homme et les espèces sauvages. Un lien a été établi entre l'exposition aux perturbateurs endocriniens et des pathologies de l'appareil reproducteur (infertilité, cancers, malformations), et ces substances pourraient également avoir des effets sur la fonction thyroïdienne, sur les fonctions cérébrales, sur l'obésité et le métabolisme ainsi que sur l'insuline et l'homéostasie du glucose, précise le rapport.


Vote: mercredi 4 octobre

Procédure: résolution législative

#EndocrineDisrupters