Les députés soupçonnent la Turquie d’utiliser Interpol pour traquer des militants 

La détention de deux écrivains suédo-turc et germano-turc par les autorités espagnoles, suite à l’émission par la Turquie de mandats d’arrêt Interpol, fera l’objet d’un débat avec le Conseil et la Commission mercredi.

Les députés craignent que certains pays exploitent Interpol et son système de notices rouges pour persécuter des membres de l’opposition politique au-delà de leurs frontières. Et si certains pays de l’UE refusent d’agir, d’autres procèdent aux arrestations. Les députés exigent des garanties pour protéger les défenseurs des droits de l’homme et les militants légitimes, et pour améliorer l’échange d’informations afin de s’assurer que les principes de nécessité et de proportionnalité sont respectés à la suite d’alertes émises par Interpol.


Débat: mercredi 4 octobre

Procédure: question avec demande de réponse orale à la Commission et au Conseil, sans résolution

@Interpol #HamzaYalçin #DoğanAkhanlı