Favoriser l’utilisation dans l’UE de fertilisants organiques et plus sûrs 

Des fertilisants innovants, produits à partir de matières organiques ou recyclées, pourraient être plus facilement vendus sur le marché européen grâce à ce projet de nouvelles règles débattu lundi et mis aux voix mardi. Les députés souhaitent aussi introduire des limites concernant les métaux lourds tels que le cadmium dans les engrais phosphatés, afin de réduire les risques sanitaires et environnementaux.

Les nouvelles règles permettraient de promouvoir l’utilisation de davantage de matières recyclées dans la production de fertilisants et donc d’aider au développement de l’économie circulaire, tout en réduisant la dépendance aux éléments nutritifs importés de pays tiers. Faciliter la vente de fertilisants innovants et organiques dans l’ensemble de l’UE permettrait aussi d’offrir un choix plus large aux agriculteurs et aux consommateurs et de promouvoir l’innovation verte.


Limites pour le cadmium

 

Le cadmium, un métal lourd que l’on trouve principalement dans les engrais minéraux phosphatés, présente un risque pour la santé humaine et animale ainsi que pour l’environnement, en raison de son accumulation dans les sols et de sa migration dans la chaîne alimentaire. Les limites de cadmium seraient ramenées de 60 mg/kg à 40 mg/kg après trois ans, et à 20 mg/kg après neuf ans, selon la proposition des députés (contre 12 ans comme prévu par la Commission).


Après le vote en plénière, la nouvelle législation devra encore être négociée avec le Conseil des ministres de l’UE en vue de parvenir à un accord.


À savoir

 

Actuellement, seuls 5% des déchets de matériaux organiques sont recyclés et utilisés comme fertilisants, mais les déchets biologiques recyclés pourraient remplacer jusqu’à 30% des engrais minéraux. L’UE importe plus de six millions de tonnes de phosphate par an, mais elle pourrait récupérer jusqu’à deux millions de tonnes via les boues d’épuration, les déchets biodégradables, les farines de viande et d’os, et le lisier, selon la Commission. Près de la moitié des fertilisants sur le marché européen ne sont pas couverts par le règlement actuel.


L’ingrédient principal des fertilisants est le phosphate, qui a été qualifié par la Commission de matière première critique. L’UE est actuellement très dépendante des importations de phosphate en provenance de pays extérieurs à l’UE: plus de 90% des engrais phosphatés utilisés dans l’UE sont importés, principalement du Maroc, de Tunisie et de Russie.


Débat: lundi 23 octobre

Vote: mardi 24 octobre

Procédure: procédure législative ordinaire, première lecture

#fertilisers #circulareconomy