Protéger la liberté de religion et les droits des migrants 

L’UE devrait intensifier ses efforts pour mettre un terme aux persécutions fondées sur la religion et pour garantir les droits des migrants, devraient déclarer les députés.

Dans leurs recommandations sur le rapport annuel sur les droits de l’homme et la démocratie dans le monde en 2016, les députés devraient exhorter l’UE à protéger les droits des migrants, des réfugiés et des demandeurs d’asile et à promouvoir le dialogue interconfessionnel dans ses relations avec les pays tiers.


Ils souhaitent que les combattants de Daech soient poursuivis et que le Conseil de sécurité de l’ONU confère à la Cour pénale internationale (CPI) la compétence requise pour ce faire.


Lors d’un débat mardi après-midi avec la haute représentante pour les affaires étrangères de l’UE, Federica Mogherini, le Parlement devrait exhorter l’UE à traiter les violations des droits de l’homme auxquelles sont confrontés, en tant que victimes de conflits, de la pauvreté et des trafics, les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile. Le Parlement devrait également appeler à la réinstallation de ces personnes et à la mise en place de dispositifs de réunification des familles et de corridors humanitaires. Il appellera aussi à des solutions à long terme pour lutter contre la dimension extérieure de la crise des réfugiés (les crises qui forcent ces personnes à fuir leur pays).


Les députés pourraient également évoquer la liberté de la presse sur la toile, où la décision relative au contenu qui peut être retiré demeure du ressort des sociétés privées, et appeler la Commission européenne à adopter une directive permettant d’améliorer la transparence des procédures de retrait.


Le texte sera mis aux voix mercredi à 12h30.


Débat: mardi 12 décembre

Vote: mercredi 13 décembre

Procédure: résolution non législative

#humanrights