Potentiel veto à l’autorisation des additifs phosphatés dans la viande de kebab, dans l’attente d’un examen de sécurité 

Le Parlement, compte tenu des inquiétudes soulevées en termes de santé, décidera mardi d’opposer ou non son veto à une proposition de la Commission européenne visant à autoriser les phosphates dans la viande de kebab.

En raison de préoccupations relatives aux conséquences des phosphates sur la santé, les députés se prononceront mardi sur une proposition de la Commission visant à autoriser l’utilisation d’acide phosphorique, de diphosphates, de triphosphates et de polyphosphates (E338-452) dans la viande de kebab, qu’elle soit issue du mouton, de l’agneau, du veau, du bœuf ou de la volaille.


Les députés de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire ont recommandé au Parlement de bloquer le projet d’autorisation de ces phosphates dans la viande de kebab au moins jusqu’à ce que les résultats d’une étude scientifique menée par l’Agence de sécurité des aliments (EFSA) soient connus. Si le Parlement dans son ensemble soutient l’objection de la commission parlementaire à une majorité absolue (376 voix), la proposition sera bloquée et la Commission européenne devra revoir sa copie.


Les règles de l’UE ne permettent pas d’utiliser des additifs phosphatés dans les préparations de viande dans le marché unique, à moins que ces additifs ou ces préparations ne soient explicitement listés dans la législation. Une mention sur cette liste est sujette à trois conditions: qu’il y ait une nécessité technique, qu’il n’y ait aucun risque pour la santé et que le consommateur ne soit pas induit en erreur. La proposition de la Commission ajouterait ‘‘les broches de viande congelées verticales’’ à cette liste.


À savoir

 

Les députés soulignent qu’une étude scientifique de 2012 démontre un lien potentiel entre les additifs phosphatés dans la nourriture et l’augmentation des risques cardiovasculaires. Toutefois, une évaluation de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) affirme qu’il n’est pas possible d’attribuer ce risque à l’absorption de phosphore en général ou aux additifs phosphatés. Mais une autre étude scientifique de 2013 suggère également un lien entre les régimes alimentaires riches en phosphores et l’augmentation de la mortalité dans la population américaine.


Vote: mardi 12 décembre

Procédure: résolution législative

#kebab #phosphate