Régions les plus pauvres de l’UE: appel à un financement "ambitieux" et des stratégies sur mesure 

Les projets qui renforcent la cohésion entre les régions de l’UE doivent rester une priorité et bénéficier d’un financement adéquat malgré les pressions sur le budget de l’UE, devraient affirmer les députés lundi.

La commission du développement régional souligne que les coupes dans les investissements publics nationaux menacent les régions à faibles revenus et à faible croissance, qui souffrent déjà des conséquences de la crise économique et financière.


Outre un financement prioritaire de l'UE, ces régions ont besoin de stratégies sur mesure pour combler leurs lacunes et offrir des perspectives dynamiques à leurs populations, ajoutent les députés.


La proposition de résolution sera mise aux voix mardi.


Contexte

 

En avril 2017, la Commission européenne a publié un rapport sur la "compétitivité dans les régions à faibles revenus et faible croissance". Ce rapport s’est concentré sur 47 régions qui présentent un retard en termes de développement dans huit États membres: les régions "à faible croissance" avec un PIB proche de la moyenne de l’UE mais avec de faibles taux de croissance (Italie, Espagne, Grèce et Portugal) et les régions "à faibles revenus" avec un PIB faible mais des tendances encourageantes en ce qui concerne la croissance (Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Pologne).


Un résident européen sur six environ vit dans une région qui présente un retard en matière de développement, soit 83 millions d’habitants dont 32 millions vivent dans des régions à faibles revenus et 51 millions dans des régions à faible croissance.


Débat: lundi 12 mars

Vote: mardi 13 mars

Procédure: résolution non législative

#CohesionPolicy