Lutter contre la propagande hostile en amont des élections européennes 

Les députés souhaitent protéger les démocraties de l’UE contre les acteurs étrangers qui diffusent de fausses informations ou utilisent de façon abusive des données à caractère personnel.

Les députés s’apprêtent à voter mardi des mesures visant à introduire des pénalités financières pour les fondations et les partis politiques paneuropéens qui violent délibérément les lois et règlements relatifs à la protection des données.


Les scandales récents comme celui de Facebook/Cambridge Analytica démontrent comment l’utilisation abusive de données à caractère personnel peut affaiblir les processus démocratiques. Les nouvelles règles ont déjà fait l’objet d’un accord informel entre les États membres et devraient entrer en vigueur avant les élections européennes de mai 2019.


Les députés se prononceront également sur une résolution faisant le point sur les derniers efforts de l’UE relatifs à la lutte contre la propagande hostile d’acteurs étrangers et à la promotion des nouvelles technologies pour lutter contre la propagande et les faux comptes sur les réseaux sociaux.


Le projet de résolution condamne aussi fermement les tentatives de plus en plus agressives de la Russie, de la Chine, de l’Iran et de la Corée du Nord de saper ‘‘les fondements et les principes normatifs des démocraties européennes et la souveraineté des tous les pays du partenariat oriental’’, d’influencer les élections et de soutenir les mouvements extrémistes.


Débats: mardi 12 mars

Votes: mardi 12 mars (protection des données) et mercredi 13 mars (propagande hostile)

Procédure: procédure législative ordinaire, accord en première lecture (protection des données) et résolution non législative (propagande hostile)

Conférence de presse sur la propagande hostile: mercredi 13 mars à 14 heures