Les députés veulent des limites de bruit plus strictes pour les voitures neuves 

 
 

Partager cette page: 

Des limites plus strictes pour les émissions de bruit des nouvelles voitures pourraient adoucir le sommeil des citoyens européens. Selon l'agence de l'environnement européenne, la moitié de la population urbaine de l'Union européenne subit le bruit de la circulation, bien trop fort. La proposition de la Commission pour limiter ce bruit, pilotée par le député tchèque du groupe conservateurs et réformistes Miroslav Ouzký, sera débattue par les députés le 5 février et votée le lendemain.

La pollution sonore causée par le trafic peut avoir un impact sur notre santé. Une exposition prolongée à des bruits de circulation très élevés peut épuiser les réserves physiques, perturber le bon fonctionnement de nos organes et mener au développement de certaines maladies, notamment cardiovasculaires.

Le trafic automobile ne cesse d'augmenter; pourtant les limitations des émissions de bruits n'ont plus été adaptées depuis 1996.

Diminuer les limites de son

La Commission européenne a émis une proposition pour réduire le bruit des voitures et des camions, qui s'appliquera dans un premier temps aux véhicules neufs. Selon cette proposition, la limitation serait graduelle, avec un seuil à 2 ans et un autre plus strict 5 ans après l'entrée en vigueur de la nouvelle règlementation. Les voitures individuelles devraient passer de 72 à 70 puis 68 décibels. Les poids-lourds, eux, devraient respecter 80 puis 78 décibels au lieu des 81 autorisés aujourd'hui.

Pour les véhicules électriques et hybrides, la démarche est différente: ces véhicules sont extrêmement silencieux et difficilement audibles pour les piétons. Afin d'y remédier, des standards de bruit minimum devraient être définis. La mise en place de systèmes audibles signalant l’approche d’un véhicule continuera à se faire sur base volontaire, mais ces systèmes devront se conformer aux limites de bruits établies.

Les députés approuvent mais demandent une un système d'étiquetage

La commission parlementaire de l'environnement a approuvé le 18 décembre 2012 un rapport soutenant la proposition de la Commission, mais suggérant que la réduction des limites de bruit se fasse en une seule fois, six ans après l'entrée en vigueur de la nouvelle règlementation.

Les députés de la commission de l'environnement ont également demandé l'introduction d'un système d'étiquetage sur les émissions de bruit, semblable à celui utilisé pour la consommation de carburant, le bruit des pneus et les émissions de CO2 des voitures. Les consommateurs seraient ainsi informés du niveau de bruit d'une voiture avant de l'acheter.