Partager cette page: 

Le Parlement a adopté de nouvelles règles visant à améliorer la sécurité de l’approvisionnement en gaz de l’Union européenne.

Le gaz représente 22 % de la consommation intérieure brute d'énergie de l'UE 

Le gaz naturel, surtout utilisé pour le chauffage et la production d’électricité, couvre une part croissante des besoins énergétiques de l’Union européenne. Il représente actuellement près d’un quart de la consommation brute d'énergie dans les 28 États membres.

La consommation varie considérablement selon les pays. Ainsi, le gaz représente une part importante du mix énergétique aux Pays-Bas, en Italie ou au Royaume-Uni, alors que Chypre, par exemple, n’a que récemment débuté l’exploration gazière.

Le gaz est surtout utilisé pour le chauffage et la climatisation 

L’Union européenne importe actuellement les deux tiers du gaz naturel qu’elle consomme. Les principaux fournisseurs sont la Russie, la Norvège, l’Algérie et le Qatar. La majorité des États membres dépendent totalement ou en grande partie de leurs importations, et les approvisionnements sont souvent assurés par un seul fournisseur.

La dépendance à un pays ou à une voie de transport représente un danger pour les approvisionnements, notamment en cas d’accident technique ou de crise géopolitique. Ainsi, le conflit entre la Russie et l'Ukraine sur les prix de l'énergie a sérieusement perturbé les approvisionnements de plusieurs pays européens en 2006 et 2009.

L’Union européenne importe actuellement les deux tiers du gaz naturel qu’elle consomme 

Suite à cette crise, l’Union européenne a renforcé en 2010 ses règles en matière de sécurité de l’approvisionnement, obligeant les États membres à s'assurer que le gaz continue d’être fourni aux ménages et à certains clients vulnérables tels que les hôpitaux même en cas de situation critique.

En 2014, la Commission a mené des tests de résistance, montrant que les livraisons pourraient continuer d’être assurées pour les ménages comme pour les entreprises si les États membres coopèrent davantage.

Un nouveau mécanisme de solidarité permettant aux États membres confrontés à une crise d’approvisionnement en gaz de compter sur l’aide de pays voisins a été adopté par l'ensemble du Parlement ce mardi 12 septembre.

« La solidarité implique, dans les moments difficiles, de faire transiter du gaz d'un pays à l'autre afin d'assurer le plein approvisionnement des foyers, des prestataires de services sociaux importants comme les hôpitaux et de certaines centrales alimentées au gaz pour éviter les coupures », explique Jerzy Buzek, député démocrate-chrétien polonais et rapporteur.

Avec le soutien de l’Union européenne, les États membres devront également diversifier leurs sources et routes d’approvisionnement en construisant de nouveaux terminaux GNL et pipelines.