Achats en ligne : dites adieu au géoblocage et à la redirection automatique  

 
 

Partager cette page: 

Bonne nouvelle pour les acheteurs en ligne : plus de géoblocage ni de redirection automatique. Les règles votées par le Parlement sont devenues réalité le 3 décembre.

Le shopping en ligne fait partie du quotidien de beaucoup d’Européens. Qu’il s’agisse de vêtements, d’appareils électroniques ou de mobilier, 57% d’Européens ont effectué des achats en ligne en 2017. Le shopping en ligne est une des activités préférées des internautes (68% d’entre eux ont acheté en ligne en 2017).


Les frontières n'arrêtent pas le shopping en ligne : en 2017, un tiers des biens achetés provenait d’un autre pays européen. Cela dit, les acheteurs en ligne peuvent être confrontés à de nombreux obstacles qui les empêchent d’obtenir ce qu’ils désirent.


Le 3 décembre 2018, le règlement interdisant le géoblocage est entré en vigueur. Selon ce règlement, les vendeurs européens doivent offrir un accès identique aux biens et services qu’ils proposent à tous les citoyens de l'UE, peu importe leur lieu de connexion. Les députés ont voté en faveur de ce règlement le 6 février 2018.

 


Qu’est-ce que le géoblocage ?


Toute restriction imposée par les sites marchands en ligne basée sur la nationalité, le lieu de résidence ou le lieu de connexion de l'acheteur.

 

Par exemple : vous êtes un acheteur en ligne belge et vous trouvez le canapé dont vous rêvez sur un site marchand français. Vous remplissez votre panier et vous cliquez sur « acheter ». Le message « Vous allez être redirigé vers la page belge de ce site internet » apparaît sur votre écran. Vous vous retrouvez donc sur le site marchand belge et le canapé n’y est malheureusement pas disponible.


Cela s’appelle la redirection automatique. C'est un des nombreux obstacles qui empêchent les acheteurs en ligne de finaliser leurs achats.


 

D’autres obstacles existants :


  • Le site internet n’accepte pas les moyens de paiement (cartes de crédit par exemple) d’un autre pays.
  • Ne pas être capable de se connecter sur le site internet à cause de son lieu de résidence ou de son lieu de connexion.

 

Une étude de la Commission européenne a analysé des milliers de sites internet dans toute l’UE et a remarqué que seulement 37% des acheteurs venant d’un autre pays de l’UE ont pu acquérir ce qu’ils souhaitaient. Dans le reste des cas, les utilisateurs ont été victimes de restrictions, connues sous le nom de géoblocage.



Pourquoi le Parlement a souhaité en finir avec le géoblocage ?


Le Parlement européen a voulu en finir avec cette discrimination afin que les citoyens puissent profiter, en ligne ou pas, d’un marché unique intégré.


Roza Thun, députée démocrate-chrétienne polonaise, a déclaré : « Après le roaming, la portabilité, je suis très fière que, en coopération avec la Commission européenne, nous ayons trouvé une solution au problème que posait le géoblocage. Cela rendra service à des millions de citoyens».


Ces nouvelles règles s’appliquent à une grande variété de biens et de services tels que :


  • les biens matériels tels que les meubles et les appareils électroniques
  • les services en ligne comme les services « cloud » ou l’hébergement de sites internet
  • les services de divertissement tels que les billets d’entrée pour les parcs d’attractions ou les concerts


Et les autres produits ?


Le Parlement européen s’est assuré que la Commission européenne réaliserait une évaluation sur la fin du géoblocage endéans les deux ans. Suite à cela, il pourrait être envisagé d'inclure au règlement des biens tels que les livres numériques ou les produits audiovisuels qui en sont pour le moment exclus.