Lehman Brothers : 10 ans après 

 
 

Partager cette page: 

Suite à la crise financière mondiale de 2008, l’UE a mis en place des initiatives politiques afin de contenir ses effets, repensant la gouvernance économique dans l’Union.

Lorsque Lehman Borthers dépose le bilan le 15 septembre 2008, elle est alors la quatrième plus grosse banque des États-Unis. Sa faillite est perçue comme l’un des déclencheurs de la crise financière qui s’est ensuite répandue comme une trainée de poudre sur les autres continents.

Décennie de dettes et de désespoir

En Europe, cette crise financière s’est convertie en crise bancaire et en crise de la dette souveraine et a mené beaucoup de gouvernements à introduire des mesures d’austérité comme augmenter les taxes et couper les dépenses pour réduire le déficit. L’Union européenne a connu la pire récession de son histoire. Dans l’euro zone, la dette publique est aujourd'hui beaucoup plus élevée qu’il y a 10 ans.

En réponse à cela, les institutions européennes et les États membres ont dû agir pour contenir la crise et préserver l’intégrité de la zone euro.

L’Union bancaire, par exemple, vise à fixer des exigences plus élevées aux banques, placées sous supervision européenne, et à s’assurer que chaque dépôt individuel s’élevant jusqu’à 100 000€ soit protégé. L’Union européenne a également créé le Semestre européen afin de discuter et de coordonner les politiques économiques au niveau national et européen, d’assurer une meilleure supervision des budgets nationaux tout en portant une plus grande attention aux niveaux d’endettement.

Le Plan Juncker ou « Plan d’Investissement pour l’Europe », a été mis en place pour accroître les investissements dans l’UE, qui ont fortement diminué durant la crise à cause du manque de confiance des investisseurs. L’Union des marchés des capitaux a été mise en place afin de permettre aux entreprises d’accéder aux marchés des capitaux au lieu de ne compter que sur les financements bancaires.

Ce n’est pas terminé

Jean Arthuis, député démocrate libéral français, président de la commission du budget, a déclaré : "L'union bancaire est un progrès majeur mais la gouvernance de la zone euro mais n'est pas à la hauteur des enjeux économiques et sociaux. Une politique monétaire unique exige une politique économique transcendant les égoïsmes nationaux."

La crise n’est malheureusement pas encore terminée dans certains pays de l’Union européenne. La Grèce est sortie de son dernier programme de sauvetage financer il y a un mois et le taux actuel de chômage s’élève à 19,5%. Le chômage chez les jeunes reste élevé : 39,7% en Grèce, 33,4% en Espagne et 30,8% en Italie.