Le Parlement vote pour élire le nouveau Président du Conseil de surveillance de la Banque centrale européenne 

 
 

Partager cette page: 

Andrea Enria a reçu le soutien des députés le 29 novembre en vue de devenir Président du Conseil de surveillance de la Banque centrale européenne.

Andrea Enria a reçu le soutien des députés le 29 novembre en vue de devenir Président du Conseil de surveillance de la BCE 

Mr Enria a reçu le soutien de la commission des affaires économiques et monétaires pour occuper le poste de Président du Conseil de surveillance de la BCE le 20 novembre. Cet italien de 57 ans, actuellement Président de l'Autorité bancaire européenne, a également été soutenu par les députés et attend maintenant la décision du Conseil pour remplacer Danièle Nouy et devenir Président de la supervision bancaire le 1er janvier 2019.


Surveillance bancaire au niveau européen

La Banque centrale européenne a commencé à exercer des fonctions de surveillance en 2014. Dans le passé, toutes les banques étaient supervisées par leurs autorités nationale mais la décision de mettre en place un mécanisme de supervision unique a placé les banques considérées comme étant les plus importantes de la zone euro sous la surveillance directe de la Banque centrale européenne (BCE).


Cette décision avait pour objectif d’assurer la stabilité des banques et de tout le système bancaire et que les mêmes exigences s’appliquent à tous les grands acteurs.


Actuellement, 118 banques sont sous la supervision de la BCE et la liste est constamment mise à jour. Ces entités financières sont soit les plus importantes de leur pays ou la valeur totale de leurs actifs est supérieure à 30 milliards d’euros ou ont des opérations transfrontalières importantes. Les autres banques sont toujours sous la surveillance des autorités bancaires nationales.


En tant que superviseur, la BCE a le pouvoir de réaliser des inspections pour vérifier que les banques respectent les règles européennes et peut même de retirer les agréments bancaires.


La Banque centrale européenne doit rendre des comptes au Parlement concernant l’exécution de ses taches de surveillance. Elle doit rédiger un rapport annuel sur la surveillance bancaire qui est ensuite présenté aux députés européens lors d’une audition publique. Le Président du Conseil de surveillance se rend régulièrement à la commission des affaires économiques et monétaires pour répondre aux questions des députés.


Ce qu’il reste à faire

Beaucoup de banques européennes ont été durement frappées par la crise économique et financière de 2008. Certaines d’entre elles sont encore en difficulté à cause des prêts qui ne sont pas remboursés.


Dans sa déclaration à la commission des affaires économiques et monétaires le 20 novembre, Mr Enria a annoncé ses deux priorités : supprimer les actifs toxiques des bilans bancaires et promouvoir l’intégration dans le secteur. Il a également déclaré : « L’Union bancaire ne survivra pas si la prochaine crise nous surprend alors que nous sommes toujours en train de gérer les séquelles laissées par les actifs toxiques de la crise précédente ou à gérer un marché segmenté en fonction des frontières nationales. »