Elections de 2014: "Un choix entre les citoyens, les partis et les idées" 

 
 

Partager cette page: 

Le député démocrate libéral britannique Andrew Duff a répondu au questions des internautes sur les élections 2014 lors d'un chat Facebook le 18 juin 2013.  

Que devraient faire les citoyens des pays les plus touchés par l'austérité lors des élections européennes de l'année prochaine ? "Si j'étais sous un programme de la troïka, je ferais la queue devant les bureaux de vote à l'aube", a répondu Andrew Duff. Ce député démocrate libéral britannique a rédigé la résolution du Parlement qui donne aux citoyens plus de choix et d'influence dans les élections. Il a révélé plus de détails lors d'un chat Facebook avec les internautes le 18 juin.

Andrew Duff a souligné durant le chat Facebook que des changements étaient nécessaires afin d'augmenter le nombre de personnes qui voteront aux élections européennes: "Les électeurs ont besoin de voir qu'un réel choix s'opère lors des élections entre les citoyens, les partis et les idées. Nous faisons des choses concrètes au Parlement européen et nous devons faire passer ce message".


Andrew Duff a été très clair sur ce qui allait changer avec les prochaines élections européennes: "Les partis politiques européens vont se battre les uns contre les autres comme il faut pour la première fois - avec des candidats pour le poste de Président de la Commission européenne et des programmes politiques qui s'attaquent aux vrais problèmes".


Un internaute a demandé à Andrew Duff s'il pense que le nombre de députés est trop élevé. "L'Europe est un endroit très grand. Il faut au moins 750 députés pour travailler pour 500 millions de citoyens" a-t-il répondu.


Lorsqu'on lui a demandé si le prochain président du Parlement ou de la Commission européenne pouvait être une femme, Andrew Duff a répondu: "Oui, une allemande qui s'appelle Angela".


Andrew Duff propose plusieurs améliorations au processus électoral actuel telles que l'ajout des partis politiques européens sur le bulletin de vote et que les partis politiques nationaux disent aux citoyens à quel parti politique européen ils appartiennent, ainsi que le candidat qu'ils soutiennent au poste de président de la Commission européenne. Les députés voteront ces recommandations durant la session plénière de juillet.