Partager cette page: 

Le Secrétaire général des Nations unies António Guterres s'est adressé aux députés réunis en plénière 

Le Secrétaire général des Nations unies António Guterres s’est rendu à Strasbourg ce 17 mai. Il a évoqué les conflits dans le monde, les droits de l’homme ainsi que la mondialisation.

En accueillant António Guterres dans l’hémicycle, le Président du Parlement européen Antonio Tajani a rappelé que l’Organisation des Nations unies et l’Union européenne étaient toutes les deux nées à l’issue de la Seconde Guerre mondiale « afin d’assurer la paix et la prospérité par le biais d’une coopération multilatérale ».

« Ensemble, nous devons trouver des solutions politiques aux conflits en Syrie, en Libye ainsi qu’au Yémen et faire face à l’État islamique. Ensemble, nous devons défendre la dignité et la liberté des peuples, donner de l’espoir aux nouvelles générations et mettre en pratique l’agenda 2030 », a ajouté Antonio Tajani.

Le Secrétaire général des Nations unies a exprimé sa profonde gratitude à l’Union européenne pour son engagement en faveur du multilatéralisme ainsi que sa « contribution généreuse à la coopération au développement, à l’aide humanitaire et en matière de paix et de sécurité, des aspects essentiels de l’action des Nations unies ».

L’Union européenne est à l’évidence le projet le plus réussi en matière de paix durable depuis le début de l’histoire.

António Guterres 
Partager cette citation: 

Au cours de son discours, António Guterres a évoqué certains défis urgents tels que la Syrie ou la crise migratoire, plaidant par exemple pour davantage d’opportunités en matière d’immigration légale. Il a également estimé que la mondialisation avait « laissé pour compte de nombreuses personnes ».

C’était la première fois qu’António Guterres s’exprimait devant le Parlement européen en tant que Secrétaire général des Nations unies depuis qu’il a succédé à Ban Ki-moon le 1er janvier dernier. António Guterres a notamment été Premier ministre du Portugal entre 1995 et 2002.

Retrouvez l’intégralité de son intervention en plénière en cliquant ici.