Présidence autrichienne du Conseil de l’UE : les attentes des députés 

 
 

Partager cette page: 

La Bulgarie cède la présidence du Conseil à l'Autriche le 1er juillet. Nous avons questionné les députés autrichiens sur leurs attentes concernant la présidence.

Présidence autrichienne du Conseil de l’UE : les attentes des députés 

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz présentera le programme des activités de son pays aux députés le 3 juillet. Retrouvez son discours en direct à partir de 10h.

En accord avec le slogan « Une Europe qui protège », la présidence autrichienne se concentrera sur le rôle protecteur de l’UE, surtout concernant la sécurité, la lutte contre l’immigration illégale, le marché numérique et la stabilité dans le voisinage européen.

 

Les négociations sur le Brexit et celles sur le prochain budget à long terme de l’UE pour l’après 2020 seront également des sujets importants durant les 6 prochains mois. L’Autriche se positionne comme intermédiaire neutre.

Les attentes des députés autrichiens

Othmar Karas, député démocrate-chrétien a déclaré : « La présidence autrichienne est une occasion de montrer que toute exigence envers l’UE est une exigence envers nous-même. Nous sommes l’Europe ! La réussite n’est possible que si les États membres et l’Union européenne travaillent ensemble ». Il a également ajouté que la présidence devait être un service rendu aux autres pays et ne pas imposer les intérêts autrichiens : « Le succès de cette présidence dépend de la capacité de l’Autriche à aider les autres pays. »

 

L’Autriche reprend la présidence à un moment crucial, entre les négociations sur le Brexit et celles sur le budget à long terme de l’UE a souligné Evelyn Regner, députée démocrate-socialiste. Elle aimerait voir « une Europe qui protège, mais pas uniquement les frontières extérieures ». Elle a déclaré : « La sécurité signifie aussi être capable de vivre en paix et en liberté en Europe. Cependant, je ne vois aucune attente à ce niveau-là pour l’instant. Lors des six prochains mois nous avons besoin d’initiatives concrètes sur la justice fiscale, sur les droits fondamentaux dans l'environnement numérique, sur l’emploi chez les jeunes et sur la protection du climat. »

Pour la députée démocrate libérale Angelika Mlinar, les priorités de la présidence autrichienne « sont en accord avec le rhétorique nationale : sécurité, immigration, protection ». Elle a ajouté que les attentes et la pression sur la présidence étaient relativement hautes car l’Autriche doit travailler sur des problématiques telles que le Brexit, la réforme du système de Dublin et les négociations sur le budget de l’UE.

 

Monika Vana et Michel Reimon, députés verts, ont déclaré : « La présidence autrichienne ne cherche pas à progresser dans les domaines de l’évasion fiscale, de la lutte contre le changement climatique, l’Europe sociale, le budget ou le Brexit ». « Les intérêts industriels sont clairement mis en avant. Une Union plus forte est nécessaire. Des phrases vides de sens sur les frontières extérieures sont prononcées dans l'unique but de susciter la peur pendant qu’une atmosphère anti européenne se crée. »

Harald Vilimsky, député du groupe Europe des Nations et des Libertés a déclaré : « Nous devons repenser les politiques migratoires et d’asile européennes. Nous attendons surtout de la présidence autrichienne qu'elle avance une solution raisonnable concernant la protection des frontières, la lutte contre l’immigration illégale et la sécurité. Nous espérons que les autres États membres soutiendront l’Autriche lors de sa présidence pour résoudre ces problèmes.»