Partager cette page: 

Comment l’Union européenne devrait-elle répondre à la crise migratoire ? Les députés réunis en session plénière à Strasbourg se penchent cette semaine sur un rapport autour de la situation en Méditerranée et de la nécessité d'une approche globale de l'Union européenne. Nous avons demandé aux deux rapporteurs, les députées Kashetu Kyenge et Roberta Metsola, de répondre à vos questions posées sur Facebook. Visionnez la vidéo pour en savoir plus et suivez le débat mardi à partir de 8 heures 30.

Situation en Méditerranée et nécessité d'une approche globale

 

Le rapport qui sera débattu et voté en plénière mardi 12 avril propose de nombreuses pistes afin de résoudre la crise migratoire à laquelle l’Union européenne fait actuellement face.


Il demande notamment une révision du règlement de Dublin II, le texte qui détermine actuellement quel État membre est responsable du traitement d’une demande d’asile.


Les députés insistent également sur la nécessité d’une approche législative contraignante et obligatoire en ce qui concerne les réinstallations.


Le rapport rappelle que es États membres doivent remplir leurs obligations sur les mesures de relocalisation d’urgence. Une aide technique mais aussi financière devrait être octroyée aux États membres de première arrivée, comme l'Italie et la Grèce, afin d’assurer un meilleur fonctionnement des « hot spots ».


Enfin, le texte souligne la situation particulièrement vulnérable des mineurs, et rappelle le droit de chaque enfant d'être traité avant tout comme tel.


Cliquez ici pour accéder à toutes les actualités du Parlement européen


Vos questions posées sur la page Facebook du Parlement


Vous avez été nombreux à poser vos questions autour de ce rapport, de la crise migratoire mais aussi de l’accord récemment conclu avec la Turquie.


Les deux auteurs du texte, la députée démocrate socialiste italienne Kashetu Kyenge et la députée démocrate-chrétienne maltaise Roberta Metsola, ont notamment souligné les inquiétudes du Parlement européen quant à cet accord et la volonté de l’institution de surveiller sa mise en œuvre.


Suivez la session plénière en direct en cliquant ici.