Partager cette page: 

La crise des migrants a mis en lumière les faiblesses du système d'asile européen. Découvrez les réponses apportées par l’Union européenne.

Des réfugiés syriens interceptés par des garde-côtes grecs en Méditerranée - © UNHCR/Andrew McConnell  

En 2015, le nombre de migrants arrivant en Europe a doublé par rapport aux années précédentes. Face à ces flux sans précédent, l’Union européenne travaille à des réponses variées, de la réforme du régime d’asile au renforcement des frontières extérieures en passant par une politique des retours plus efficace et une meilleure intégration des réfugiés en Europe.

Consolider le régime d’asile et partager les responsabilités entre États membres

Le règlement de Dublin constitue la pierre angulaire du régime d’asile européen commun. Il détermine l’État membre responsable du traitement d’une demande d’asile, en général le pays d’entrée de la personne. Ce règlement fait donc particulièrement pression sur les pays situés aux frontières extérieures de l’Union européenne, notamment l'Italie et la Grèce.

En plus d’une réforme majeure du système de Dublin, le Parlement appelle à un renforcement des frontières extérieures et à une meilleure identification par les États membres des personnes entrant en Europe.

Les députés souhaitent également mettre en place des règles européennes visant à mieux distinguer les migrants en situation irrégulière des réfugiés, à assurer un traitement juste et équitable des demandeurs d’asile et à faire en sorte que chaque État membre contribue à résoudre la crise migratoire, par exemple en participant à la relocalisation de réfugiés.

Pour en savoir plus, consultez notre page sur le régime d’asile européen commun.

Sécuriser les frontières extérieures et gérer les flux migratoires

Les autorités nationales en charge des frontières extérieures sont souvent débordées face à l'afflux de migrants. C'est la raison pour laquelle le Parlement demande un renforcement de l’agence européenne de gestion des frontières Frontex.

En décembre 2015, la Commission a proposé la création d’un corps européen de garde-frontières et de garde-côtes. L’objectif est de renforcer la gestion et la sécurité des frontières extérieures tout en soutenant les garde-côtes nationaux. Cette nouvelle agence a été lancée en octobre 2016.

Les députés ont également soutenu une proposition visant à transformer l’actuel Bureau européen d’appui en matière d’asile en agence européenne pour l’asile.

En plus de l’accord conclu avec la Turquie en mars 2016 sur le retour des migrants en situation irrégulière arrivant en Grèce depuis la Turquie, l’Union européenne travaille à une politique des retours plus efficace.

Les députés souhaitent également que l’Union européenne adopte une stratégie à long terme pour lutter contre les causes profondes de l’immigration.

Pour en savoir plus, consultez notre page sur la gestion des frontières européennes.

Encourager l’intégration des réfugiés

L’Union européenne travaille à une meilleure intégration des migrants en Europe. Les députés se penchent actuellement sur un plan d’action détaillé à ce sujet.

Le Parlement souhaite accorder plus de financements aux programmes visant à créer de nouvelles opportunités pour les groupes vulnérables, en particulier pour les réfugiés. En matière d'emploi des réfugiés, les députés soulignent notamment la nécessité de s’adresser aux dirigeants de petites entreprises.

Consultez notre page consacrée à l’intégration des réfugiés en Europe.

En savoir plus sur la crise des migrants en Europe :