Dépendance énergétique de l'Union européenne : les chiffres 

 
 

Partager cette page: 

L'Union européenne, en important plus de la moitié de l'énergie qu'elle consomme, est vulnérable face à des fournisseurs tiers tels que la Russie.

Pour répondre à cet enjeu, la Commission européenne a proposé un plan pour la mise en oeuvre d'une union de l'énergie ainsi que la création d'un marché européen de l'énergie. Découvrez dans notre carte interactive les chiffres clés à propos des importations de l'Union européenne et les taux de dépendance pays par pays.

L'Union européenne importe 53 % de l'énergie qu'elle consomme, dont près de 90 % de pétrole brut, 66 % de gaz naturel et 42 % de combustibles solides comme le charbon. En 2013, l'Union européenne a dépensé quasiment 400 milliards d'euros en importations d'énergie, soit plus d'un cinquième du montant total des importations européennes.

En matière d'énergie, l'UE dépend particulièrement de la Russie. Elle lui achète un tiers de ses importations de pétrole, 39 % de celles de gaz et 29 % des combustibles solides. En outre, six États membres n'achètent leur gaz qu'à la Russie.

Afin de limiter cette dépendance et d'assurer sa sécurité énergétique, l'UE a plusieurs stratégies : diversifier ses sources et fournisseurs d'énergie, réduire sa consommation d'énergie, améliorer la production d'énergie et la coopération entre États membres et investir dans les énergies renouvelables.

Toutes ces actions, et d'autres encore, ont été reprises dans la stratégie européenne de l'union de l'énergie présentée par la Commission en février dernier.