Les réponses du Parlement à la menace terroriste  

 
 

Partager cette page: 

Un contrôle d'identié à la frontière hongroise, dans la ville de Röszke 

Plus de deux semaines après les attentats de Paris, la question de la lutte contre le terrorisme reste au cœur de l'agenda du Parlement européen. Lundi 30 novembre et mardi 1er décembre, les membres de la commission des libertés civiles se sont penchés sur plusieurs mesures visant à façonner la réponse de l'Europe au terrorisme.

De nouveaux pouvoirs pour Europol


L'agence de police européenne Europol joue un rôle crucial en matière de lutte contre le terrorisme à l'échelle de l'Union. Afin d'améliorer sa capacité à répondre à de nouvelles menaces, le Parlement et le Conseil ont conclu le 26 novembre un accord informel visant à renforcer le mandat de l'agence. Les députés de la commission des libertés civiles ont approuvé par une large majorité cet accord lundi.


« Les nouvelles dispositions concernant Europol sont la meilleure réponse que nous puissions donner à la menace terroriste », a déclaré le rapporteur Agustin Díaz de Mera (PPE, Espagne). L'agence pourrait en effet être en mesure de créer plus facilement des unités spécialisées et d'échanger des informations avec des entités privées dans certains cas. La proposition de règlement doit maintenant être approuvée par les gouvernements au Conseil des Ministres, puis par l'ensemble du Parlement.

 

PNR européen : un accord en vue

 

Rendre l'identification de suspects ou de combattants étrangers plus facile est un élément clé de la lutte contre le terrorisme. La proposition sur les données des dossiers passagers (PNR) propose une collecte, une utilisation et une rétention plus systématique des données des passagers voyageant sur des vols internationaux.


Le texte fait actuellement l'objet de négociations entre le Conseil, la Commission et le Parlement. Timothy Kirkhope (CRE, Grande-Bretagne) est le député en charge du dossier au Parlement. Avec les autres députés de la commission des libertés civiles, il a fait le point mardi sur les pourparlers en cours.


Selon le rapporteur, il y a de bonnes chances pour qu'un accord soit trouvé d'ici à la fin de l'année, même si certains points font toujours l'objet de divergences, comme la durée de conservation des données par exemple.


Développer une réponse commune


Le coordinateur antiterroriste Gilles de Kerchove s'est rendu à la commission des libertés civiles mardi pour évoquer avec les députés la stratégie antiterroriste de l'Union européenne. « Nous devons montrer aux citoyens que nous sommes capables d'assurer une sécurité », a-t-il déclaré, ajoutant que la détermination et le pragmatisme étaient des ingrédients plus que jamais nécessaires pour lutter contre les menaces.


Pour en savoir plus sur le rôle du Parlement européen dans la lutte contre le terrorisme, consultez notre temps fort.