Terrorisme : lutter contre l’idéologie de l’État islamique 

 
 

Partager cette page: 

Près de 5000 citoyens européens auraient rejoint des organisations terroristes en dehors de l’Union européenne. Comment prévenir la radicalisation et lutter contre le phénomène des combattants étrangers ? Les députés membres de la commission des libertés civiles votent ce soir un rapport proposant de criminaliser dans toute l’Union européenne la préparation d’actes terroristes. Visionnez notre vidéo pour en savoir plus sur les réponses du Parlement face à la menace terroriste.

Prévenir la radicalisation

 

Les attentats qui se sont déroulés ces derniers mois en Europe ont souligné une fois de plus la nécessité d'actions coordonnées afin d'empêcher et de lutter contre la radicalisation des citoyens européens.


Le Parlement souhaite lancer un projet visant à améliorer les processus de dé-radicalisation. Pour Monika Hohlmeier, députée démocrate-chrétienne allemande en charge de la directive sur la lutte contre le terrorisme, il s’agit d’un « point très important dans la prévention du terrorisme ».


En novembre dernier, le Parlement a déjà adopté une résolution sur la prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens européens par des organisations terroristes. Le texte, rédigé par la députée démocrate-chrétienne française Rachida Dati, propose des moyens visant à lutter contre l'extrémisme en ligne, dans les écoles mais aussi en prison.


Faire face à la propagande en ligne

 

L’État islamique utilise tout particulièrement Internet et les nouvelles technologies pour diffuser sa propagande : on estime ainsi que 100 000 tweets seraient postés chaque jour par le califat.


Europol, l’office de police européen, joue un rôle particulièrement important dans la lutte contre la propagande en ligne. L’agence analyse en effet les contenus publiés sur les réseaux sociaux et peut les signaler si nécessaire.


Le phénomène des combattants étrangers

 

Les députés membres de la commission des libertés civiles votent ce soir sur un projet de directive proposant de criminaliser dans toute l’Union européenne la préparation d’actes terroristes, comme le fait de recevoir une formation, de voyager ou de financer des activités terroristes.


Le 21 juin dernier, les députés ont adopté une proposition visant à rendre obligatoires les contrôles des citoyens européens aux frontières extérieures. La proposition prévoit des vérifications dans les bases de données nationales de documents perdus ou volés à toutes les frontières aériennes, maritimes et terrestres extérieures.


Autres mesures


Les députés travaillent actuellement sur une proposition autour de l’acquisition et de la détention d’armes, afin d’empêcher que celles-ci ne tombent entre les mains de potentiels terroristes.