Lutte contre le terrorisme : l’UE doit agir plus, selon 80 % des Européens  

 
 

Partager cette page: 

80 % des citoyens européens souhaitent que l’Union européenne agisse davantage en matière de lutte contre le terrorisme, selon un récent sondage Eurobaromètre.

©AP Images/Union européenne-PE 

La lutte contre le terrorisme est le secteur couvert par l'enquête qui obtient le plus grand soutien en faveur d'une intervention accrue de l’Union européenne. 82 % des Français, 82 % des Belges et 75 % des Luxembourgeois ont demandé une plus grande action de l’Union européenne dans ce domaine.

68 % des personnes interrogées se montrent également en faveur de plus d’Europe en matière de sécurité et de défense.

Le Parlement se penche actuellement sur une série de mesures pour faire face à la menace terroriste en Europe.

De nouvelles règles visant à lutter contre le phénomène des « combattants étrangers » et des loups solitaires ont été adoptées en février dernier. Voyager à l’étranger pour rejoindre un groupe terroriste, recruter ou être formé afin de commettre un attentat sont autant d’actes préparatoires désormais criminalisés dans toute l’Union européenne.

Les députés ont également approuvé un nouveau règlement prévoyant le contrôle systématique de tous les citoyens européens entrant ou sortant de l’Union européenne. L’objectif est de mieux tracer les mouvements de combattants étrangers souhaitant retourner en Europe pour y commettre un attentat.

En juillet, le Parlement a approuvé la création d’une nouvelle commission spéciale chargée de remédier aux failles de la lutte antiterrorisme dans l’Union européenne. Les députés présenteront leurs recommandations après un an de travail.

Afin de mieux lutter contre le financement du terrorisme, les députés se penchent actuellement sur une mise à jour de la directive européenne sur la lutte contre le blanchiment de capitaux. Celle-ci propose par exemple de faciliter le partage d’informations entre les cellules de renseignement financier dans les différents États membres.

Au cours des mois à venir, le Parlement devrait également adopter un nouveau système européen d’entrée et de sortie. L’apposition manuelle de cachets sur les passeports serait par exemple remplacée par un système électronique stockant les données des voyageurs.

Consultez notre dossier pour en savoir plus sur les réponses du Parlement européen à la menace terroriste.