COP22 : « L’Union européenne respectera ses engagements sur le climat »  

 
 

Partager cette page: 

La 22ème Conférence des Nations unies sur le climat s'est tenue à Marrakech du 7 au 18 novembre 

Douze députés européens ont participé à la 22ème Conférence des Nations unies sur le climat qui s’est tenue à Marrakech, au Maroc, du 7 au 18 novembre. À l’issue de deux semaines de négociations, près de 200 pays se sont entendus aujourd’hui sur l’urgence de mettre en œuvre l’accord de Paris conclu en décembre dernier. Nous avons rencontré Giovanni La Via, député démocrate-chrétien italien et Président de la délégation, pour tirer le bilan de cette Conférence.

En quoi la Conférence de Marrakech était-elle différente de la COP21 qui s’est tenue à Paris en décembre 2015 ?  


La COP21 visait à définir les grands principes permettant de sauver notre planète. La COP22 s’est davantage penchée sur la mise en œuvre de ces objectifs, afin de transformer les engagements pris en actions concrètes.


Quelle a été la thématique la plus importante évoquée au cours de ces deux semaines ?


Le financement de la lutte contre les changements climatiques était à mon avis un point essentiel. Les pays en développement veulent s’assurer, et ils ont raison, que les fonds nécessaires à l’adaptation au changement climatique seront versés. Ces fonds ne peuvent pas uniquement provenir de l’argent public.  


Quel était le message des députés européens présents à la COP22 ?  


Nous avons souligné l’importance de la confiance. À Marrakech, la délégation du Parlement européen a rappelé que l’Union européenne respectera ses engagements, et cela quoi qu’il arrive.


En quoi consiste la proclamation de Marrakech, adoptée aujourd’hui par les participants de la COP22 ?


Le texte réaffirme la volonté de tous les pays de lutter contre le changement climatique et de soutenir le développement durable. D’ici à 2020, les pays devront présenter leurs engagements à long terme pour l’horizon 2050 afin de mieux faire face au changement climatique.

 

Comment le Parlement travaille-t-il à la mise en œuvre de l’accord de Paris ?


Les députés voteront au cours des semaines à venir sur une réforme du marché du carbone dans l’Union européenne. Nous allons bientôt débuter notre travail sur la réduction des émissions dans le cadre de la législation sur la répartition de l’effort. Le Parlement doit également se pencher sur une nouvelle proposition législative concernant l’utilisation des terres, leurs changements et la forêt.

 

Où en est l’Union européenne en ce qui concerne ses engagements sur le climat ?

 

Nous sommes sur la bonne voie pour respecter nos engagements initiaux d’ici à 2030. L’Union européenne est également en mesure de dépasser l’objectif pour 2020 qui prévoit une réduction de 20 % des émissions, et souhaite même aller plus loin.


Quel pourrait être le plus grand défi pour l’Union européenne au cours du processus de mise en œuvre de l’accord de Paris ?


Le plus grand défi sera de renforcer la confiance qui a permis à 197 pays du monde entier de s’entendre sur une déclaration commune à Marrakech. C’est la raison pour laquelle il est primordial de souligner une nouvelle fois, malgré les nombreuses incertitudes politiques auxquelles nous sommes confrontés, que l’Union européenne respectera ses engagements.


L’objectif final est de mettre fin à la carbonisation. La question est de savoir à quel point l’Union européenne souhaite mener cette révolution et pousser d’autres acteurs mondiaux à suivre cette voie.