Produits cosmétiques testés sur les animaux : Vers une interdiction mondiale ! 

 
 

Partager cette page: 

Les produits cosmétiques testés sur les animaux sont déjà interdits en Europe. Les députés veulent maintenant étendre cette interdiction au reste du monde.

Est-il illégal de tester des produits cosmétiques sur des animaux dans l’UE ?

Les tests sur les animaux sont interdits dans l’UE depuis 2004 pour les produits finis tels que les produits cosmétiques et depuis 2009 pour les ingrédients qui les composent.

 

Depuis 2009, il est également interdit de commercialiser dans l’UE des produits cosmétiques contenant des ingrédients ayant fait l’objet d’essais sur les animaux. Pour les effets les plus complexes sur la santé humaine, l’entrée en vigueur de l’interdiction de mise sur le marché a pris effet en 2013.

 

L’Europe est le premier marché mondial des cosmétiques et le secteur cosmétique européen représente 2 millions d’emplois. Du savon au shampoing en passant par le maquillage et le parfum, les consommateurs utilisent au moins 7 produits cosmétiques différents par jour.

 

Les règles européennes s’assurent que ces produits, qui entrent directement en contact avec notre corps, ne soient pas nocifs pour la santé, et prennent aussi en compte le bien-être animal.

Alors que les tests sur les animaux et la vente de ces produits sont interdits dans l’Union européenne, 80% des pays au monde les pratiquent encore.

 

Le Parlement européen veut une interdiction mondiale

 

Une nouvelle résolution, adoptée par la commission de l’environnement le 20 février, demande d’ici à 2023 d’interdire mondialement l'expérimentation animale dans les cosmétiques ainsi que la commercialisation des produits cosmétiques récemment testés.

 

La résolution appelle l’UE à promouvoir une interdiction mondiale dans le cadre des Nations unies et à s’assurer que ses propres interdictions ne soient pas minimisées par les accords commerciaux en cours et par les règles de l’OMC (Organisation mondiale du commerce).

Le Parlement souhaite envoyer un message fort et faire comprendre que tester des produits cosmétiques sur des animaux n'est plus justifiable. « Je pense que nous avons déjà prouvé qu’une interdiction pouvait fonctionner. C’est le bon moment pour agir » a déclaré la co-rapporteur du Parlement sur le dossier Miriam Dalli, députée démocrate socialiste maltaise.  

 

La résolution ajoute que la décision prise par l’UE d’interdire de tels tests n’a pas eu d’impact négatif sur le développement du secteur et met même en lumière le potentiel que représente le développement de méthodes alternatives pour l’innovation et la recherche.

 

Le bien-être animal : une priorité des européens 

Cette résolution du Parlement reflète l’opinion des citoyens.

Selon un sondage eurobaromètre datant de 2016, 90% des citoyens européens déclarent qu’il est important d’établir des normes élevées universelles en matière de bien-être animal. 89% d’entre eux pensent que l’UE devrait en faire davantage pour sensibiliser sur l’importance du bien-être animal au niveau international.

 

Le 3 mai, les députés européens ont adopté une nouvelle résolution qui demande l'interdiction mondiale d’ici à 2023 de l'expérimentation animale dans les cosmétiques ainsi que le commerce des ingrédients cosmétiques testés sur les animaux.