Le corps européen de solidarité : une opportunité pour les jeunes 

 
 

Partager cette page: 

Vous avez entre 17 et 30 ans ? Vous voudriez apporter votre pierre à la société ? Rejoignez le corps européen de solidarité !

Le corps européen de solidarité : une opportunité pour les jeunes 

Le 12 mars, le Parlement européen a voté en faveur des nouvelles priorités pour le programme 2021-2027 du corps européen de solidarité.

Le 4 février, la commission de la culture et de l'éducation a voté sur de nouvelles priorités pour le programme relatif au corps européen de solidarité pour la période 2021-2027. Grâce au nouveau programme, les activités d’aide humanitaire en dehors de l’UE seront désormais incluses.

Le nouveau programme encouragera aussi l’accès aux jeunes nécessitant un soutien particulier, en situation de handicap ou ayant des problèmes de santé, issus de régions ultrapériphériques ou de l’immigration. Ces jeunes auront la possibilité de participer à temps partiel.

Les candidats retenus pourront également participer à des activités dans leur pays, si elles possèdent une dimension transfrontalière et incluent des participants d’autres pays.

La version finale du texte doit être négociée et approuvée par le Conseil pendant le prochain mandat parlementaire.

Qu'est ce que le corps européen de solidarité ?

Le 11 septembre, le Parlement européen a voté en faveur du texte proposant un cadre légal pour le corps européen de solidarité.

Le but du corps européen de solidarité est d’offrir un guichet principal pour tous les jeunes qui souhaitent faire du volontariat et s’engager pour la société et les autres dans toute l’Europe.

Il offrira aux jeunes la possibilité d’acquérir de l’expérience d’un point de vue personnel, social, civique et professionnel, notamment par la formation et l’apprentissage, tout en étant utiles à d’autres.

Les volontariats pourront être dans les domaines de l’éducation, la santé, la protection de l’environnement. Les jeunes seront amenés à travailler avec des enfants, des personnes âgées, des migrants ou des demandeurs d’asile. Priorité sera donnée aux projets caritatifs.

Les activités du corps européen de solidarité ne devraient pas avoir d’impact négatif sur les emplois et stages existants. Elles devraient contribuer à renforcer la responsabilité sociale des entreprises, et non la remplacer.

Helga Trüpel, députée du parti des Verts, déclare : « Nous savons tous que les jeunes sont volontaires pour contribuer au projet européen... pour construire leur futur, être en contact avec d’autres et ainsi rendre la société meilleure ».

Découvrez-en plus dans notre vidéo ci-dessous.