Sécurité routière : nouvelles mesures européennes pour réduire le nombre d'accidents de la route 

 
 

Partager cette page: 

Le 16 avril, le Parlement européen a voté en faveur de nouvelles règles visant à améliorer la sécurité routière et à réduire le nombre d’accidents.

Sécurité routière : nouvelles mesures pour réduire le nombre d'accidents ©AP images/European Union-EP 

Les routes européennes sont les plus sures au monde avec une moyenne de 49 décès sur la route par million d’habitants liés aux accidents de voitures, contre 174 par million en moyenne dans le monde.

Le nombre de décès sur les routes de l'Union européenne a diminué de plus de moitié au cours des deux dernières décennies mais les chiffres stagnent et des efforts supplémentaires doivent être faits pour améliorer la sécurité routière et sauver plus de vies.

Apprenez-en plus en consultant notre infographie

Les nouvelles règles approuvées par les députés européens rendront l’installation de nouveaux dispositifs de sécurité obligatoire dans tous les nouveaux véhicules vendus sur le marché européen. Cette législation devrait s'appliquer à partir de mai 2022 pour les nouveaux modèles et en mai 2024 pour les modèles existants.

Ces règles adapteront la législation actuelle et prendre en compte les avancées technologiques et les nouvelles caractéristiques de la société : la population européenne vieillissante, les nouvelles sources de distraction pour les conducteurs (principalement l’utilisation des appareils électroniques pendant la conduite), le nombre croissant de cyclistes et de piétons sur les routes européennes.

Quels sont les changements à venir ?


Environ 30 technologies capables de sauver des vies devront être intégrées dans tous les nouveaux véhicules, parmi lesquelles :


  • un système d’adaptation intelligent de la vitesse prévenant le conducteur des excès de vitesse 
  • un avertisseur de somnolence et de perte d’attention du conducteur
  • la reconnaissance avancée de distraction du conducteur
  • le signal de freinage d’urgence sous forme de signal lumineux pour indiquer aux usagers derrière le véhicule que le conducteur freine brusquement
  • la détection en marche arrière avec une caméra pour éviter les collisions avec les personnes et les objets situés derrière le véhicule
  • un système de surveillance de la pression des pneus avertissant le conducteur en cas de perte de pression
  • la facilitation de l’installation d’un éthylomètre antidémarrage
  • un enregistreur de données d’événements ("boîte noire")

Pour les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers, il sera également obligatoire d'avoir un système de freinage d'urgence (déjà obligatoire pour les camions). De plus, un système d’urgence de maintien de la trajectoire sera installé. Les camions et les bus devront être conçus dans le but de rendre les usagers vulnérables de la route plus visibles depuis le siège du conducteur (« vision directe »). Des systèmes d'alerte détectant la présence de cyclistes et de piétons dans le périmètre du véhicule devront également être mis en place. Puisque l'erreur humaine est impliquée dans 95% des accidents de la route, ces dispositifs de sécurité obligatoires devraient réduire considérablement le nombre de décès sur les routes.


Prochaines étapes

Après avoir été approuvées par le Parlement, ces règles doievent maintenant être approuvées par le Conseil avant d'entrer en vigeur.