Partager cette page: 

« Pour l'intérêt des réfugiés, nous devons coopérer avec la Turquie », a déclaré le Président du Parlement Martin Schulz à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu lundi 7 mars. Les deux hommes ont évoqué la crise des réfugiés, les contrôles aux frontières, la libéralisation des visas pour les citoyens turcs ainsi que la liberté de la presse avant le début d'une réunion qui se tient aujourd'hui à Bruxelles entre les dirigeants européens et le gouvernement turc.

Après son entrevue avec Ahmet Davutoğlu, Martin Schulz a déclaré : « Les relations avec la Turquie étaient, sont et restent toujours très difficiles, mais nous devons coopérer pour l'intérêt des réfugiés ». Il a également averti que la crise migratoire était en train de se transformer en crise humanitaire, et qu'il était donc important de faire le maximum pour tenter de la résoudre.

(R-L) European Parliament President Martin Schulz and Turkish Prime Minister Ahmet Davutoğlu        
De gauche à droite : Ahmet Davutoğlu et Martin Schulz 

Au cours de sa rencontre avec Ahmet Davutoğlu, Martin Schulz a évoqué le quotidien turc Zaman, mis sous tutelle vendredi dernier à la suite d'une décision judicaire : « J'ai eu un échange très ouvert avec le Premier ministre à ce sujet. Il n'était pas d'accord avec moi, et cela n'est pas surprenant. J'ai insisté sur le fait que la liberté des médias est un élément clé de l'identité européenne. Le Premier Ministre a évoqué la problématique d'après son propre point de vue ».

Le Président du Parlement européen a été invité à participer à la réunion d'aujourd'hui sur l'immigration. Selon lui, le partenariat entre la Turquie et l'Union européenne doit être construit sur une confiance mutuelle et sans détours, les deux entités ayant besoin l'une de l'autre. Martin Schulz a également rappelé que la lutte contre les passeurs et les réseaux d'immigration illégale devait être une priorité pour l'Union européenne comme pour la Turquie.


La Turquie accueille en ce moment 2,5 millions de réfugiés syriens enregistrés, et la plupart de ceux qui entrent en Europe transitent par ce pays. Deux délégations du Parlement européen se sont rendues en Turquie du 8 au 11 février dernier afin d'évaluer la situation sur le terrain.