Antidumping : de nouvelles mesures contre la concurrence déloyale  

 
 

Partager cette page: 

Les députés de la commission du commerce international demandent une meilleure protection des entreprises européennes face à la concurrence déloyale provenant de pays tiers.

Certaines entreprises basées dans des pays tiers peuvent exporter vers l’Europe à des prix inférieurs à ceux pratiqués dans l’Union européenne. Cette pratique a des conséquences pour les entreprises locales et nuit à l’emploi.

Les « prix de dumping » peuvent résulter d’un manque de concurrence dans le pays d'exportation, d’une ingérence importante de l'État dans le processus de production ou d’un non-respect des normes internationales du travail ou de l'environnement.

Pour y faire face, l’Union européenne dispose de droits antidumping. La commission du commerce international a modifié le 20 juin dernier une proposition de la Commission européenne autour des pratiques commerciales déloyales de pays tiers où il existe des distorsions importantes du marché ou dans lesquels l’ingérence de l’État est importante. Les députés vont maintenant entrer en négociations avec le Conseil et la Commission. Le texte final devra être approuvé par l'ensemble du Parlement européen.

Les députés ont notamment fixé de nouvelles dispositions pour le calcul des droits antidumping. L’objectif est de mieux refléter la réalité du commerce international, y compris les règles de l’Organisation mondiale du commerce en ce qui concerne la Chine.

La plupart des cas antidumping lancés par l’Union européenne visent en effet Pékin. La Chine est le deuxième partenaire commercial de l’Union européenne derrière les États-Unis, et l’Union européenne est le premier partenaire commercial de la Chine.

« Il ne s’agit pas de protectionnisme. Nous mettons en place un instrument qui prend en compte la nécessité d’avoir une concurrence libre sur le marché et qui considère le besoin d’établir des conditions plus justes », explique Salvatore Cicu, député démocrate-chrétien italien en charge du dossier au Parlement.

Consultez notre vidéo pour en savoir plus.