Réfugiés palestiniens : Le Parlement appelle les États-Unis à revoir leur décision de diviser par deux leur aide à l’UNRWA.  

 
 

Partager cette page: 

Pour minimiser l’impact de la réduction du financement américain, le Parlement appelle l’UE à mobiliser plus de fonds pour l’office de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

Federica Mogherini, haute-représentante de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. 

Les députés demandent aux États-Unis de revenir sur leur récente décision de réduire de 65 millions de dollars le financement de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient).

Dans une résolution adoptée le 8 février, ils encouragent également l’UE et ses États membres à mobiliser des financements supplémentaires pour l’UNRWA et exhortent les États arabes à contribuer davantage. Mis en place en 1949, l’UNRWA fournit des services essentiels à près de 5 millions de réfugiés palestiniens répartis dans tout le Moyen-Orient.

Lors d’un débat durant la session plénière le 6 février, la Haute représentante Federica Mogherini a fait remarquer « la contribution politique clé que l’UNRWA apporte à la perspective de relancer un processus de paix crédible ». Elle a également souligné que « réduire les activités de l’UNRWA causerait des instabilités et mettrait en péril la sécurité dans toute la région ».

Nouveau coup dur pour le processus de paix au Moyen-Orient

Neoklis Sylikiotis, président de la délégation pour les relations avec la Palestine a déclaré : « La décision provoquante des États-Unis est un nouveau coup dur pour le processus de paix au Moyen-Orient » et a ajouté que « l’administration Trump avait déjà mené le processus de paix à l’échec en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël ».

Intervenant également pendant le débat, le commissaire européen Johannes Hahn a fait remarquer que « l’UE et ses États membres sont de loin les principaux pourvoyeurs d'aide aux réfugiés palestiniens ». Il a annoncé que l’UE effectuerait un paiement de 82 millions d’euros à l’UNRWA d’ici à la fin du mois. Cela s’ajoute au nouveau programme d’aide de 42,5 millions d’euros pour les Palestiniens annoncé le 31 janvier.  

Le député démocrate libéral slovène Ivo Vajgl a décrit le travail de l’UNRWA comme « indispensable » et a déclaré que la récente décision du Président Trump serait « un énorme obstacle à de futurs progrès ».

Prenant la parole au nom du groupe démocrate-chrétien, le député espagnol José Ignacio Salafranca Sánchez-Neyra a rappelé aux députés qu’on parlait là « de personnes, de millions de personnes. 2 millions de réfugiés au Liban, presque un demi-million en Jordanie, 540 000 en Syrie, 1,4 million dans la bande de Gaza, 800 000 en Cisjordanie. Ce sont des personnes dont les besoins premiers doivent être gérés, des enfants dont l’avenir est en jeu. »

 

Les efforts exceptionnels de l’UNRWA

 

Durant le débat, le député vert hongrois Tamás Meszerics a dit : « Nous devons nous engager dans le processus de paix car sinon, l’UNRWA restera en place indéfiniment. C’est le pire scénario envisageable ». Elena Valenciano, députée démocrate socialiste espagnole a exprimé le besoin « d’envoyer un message d’espoir à cette région du monde qui n’en reçoit que trop peu ».

 

Dans la résolution adoptée par les députés le 8 février, le Parlement a applaudi l’UNRWA pour ses « efforts exceptionnels » et a exprimé ses inquiétudes quant à la réduction ou aux retards de financement qui pourraient avoir des « incidences dévastatrices sur l’accès à l’assistance alimentaire d'urgence pour 1,7 million de réfugiés palestiniens, sur les soins de santé primaires de 3 millions d’entre eux et sur l’accès à l’éducation pour plus de 500 000 enfants palestiniens ».

 

Jérusalem, capitale d’Israël et de la Palestine

 

Avant Noël, le Président américain Donald Trump a décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Cette décision, violant le droit international, a été vivement condamnée. Dans un vote le 8 février, le Parlement a réaffirmé son soutien sans réserve à la solution des deux États, sur la base des frontières de 1967, avec Jérusalem pour capitale des deux entités.

En décembre 2014, les députés ont voté en soutien du principe de reconnaissance de l'État palestinien. Dans une résolution sur le budget 2018 de l’Union, les députés ont appelé à plus de soutien pour le processus de paix au Moyen-Orient, pour les autorités palestiniennes et pour l’UNRWA.

Apprenez-en plus sur le rôle du Parlement dans le processus de paix au Moyen-Orient.