Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Buzek et Lamassoure déçus par l'absence de progrès dans les négociations budgétaires avec le Conseil

Autres Communiqué de presse - Budget12-11-2010 - 09:25
 

Les négociations entre le Parlement européen et le Conseil sur le budget de l'année prochaine ont été suspendues jeudi, après qu'une minorité d'Etats membres se soient montrés peu disposés à accepter de discuter de la manière dont les budgets de l'UE devraient être financés à l'avenir.


Dans un communiqué, le Président du PE, Jerzy Buzek a déclaré que "les différences existent encore entre le Parlement européen et le Conseil. Le Parlement est prêt à accepter une augmentation modeste des paiements du budget de l'année prochaine sous la forme proposée par le Conseil. Nous ne demanderons pas un euro de plus, à condition que nos attentes politiques soient satisfaites. Je suis convaincu que nous parviendrons à aplanir ces différences au cours des réunions suivantes". Jerzy Buzek est à la tête de la délégation du Parlement européen pour les négociations budgétaires.


"Le Parlement est prêt à un accord sur les chiffres en cas d'accord sur nos revendications politiques. Nous ne voulons pas modifier le traité, nous voulons un accord sérieux sur la façon dont nous allons travailler ensemble à l'avenir pour le financement de l'UE, y compris un nouveau système de ressources propres, qui pourrait constituer la meilleure façon de réduire les contributions nationales au budget de l'UE. Le PE veut avoir des garanties claires afin que les prochains budgets soient regroupés d'une manière sérieuse et rigoureuse. Nous devons mettre davantage d'ordre dans les finances européennes", a ajouté M. Buzek.


Alain Lamassoure, président de la commission des budgets, a été déçu de constater qu'une minorité d'États membres ont bloqué les négociations, jeudi : "Pour finir une négociation, encore faut-il la commencer. Malgré la présidence belge, malgré le soutien de la Commission européenne, malgré l´accord d'une grande majorité de gouvernements, une dizaine de pays on refusé toute négociation. Dans la négociation sur le budget européen 2011, le PE ne demande pas un seul euro du plus. Le PE ne demande pas un changement de traité. Nous proposons un accord politique sur la manière de travailler ensemble pour éviter de nouvelles crises budgétaires et pour assurer le financement durable des politiques d´avenir. L'échec d'aujourd´hui confirme ce que chacun constatait déjà : la difficulté des Etats à financer durablement les politiques d'avenir. L'année derrière, pour soutenir l'activité économique, chacun cherchait à dépenser le plus possible. Cette année, pour faire face à la crise de la dette, chacun cherche à dépenser le moins possible".


"Cet échec fait apparaître avec une lumière cruelle la profonde division entre les Etats européens pour financer les politiques communes qu'ils ont acceptées. Tous les Etats veulent bénéficier du budget européen, mais certains Etats riches ne veulent plus payer pour des politiques qui profiteraient aussi à leurs voisins. Ce qui est incompréhensible, c'est ce refus d'y travailler pour sauver l’avenir de l´Europe et la solidarité entre pays européens."


Les discussions devraient être reprendre le lundi 15 novembre.

REF. : 20101112IPR94312
Mis à jour le: ( 12-11-2010 - 14:09)
 
 
Contacts
 
  • Jaume DUCH GUILLOT
  • Porte-parole du PE et Directeur des Médias
  • Numéro de téléphone(+32) 2 28 43000 (BXL)
  • Numéro de téléphone(+33) 3 881 74705 (STR)
  • Numéro de GSM - portable(+32) 496 59 94 76