Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Nouveaux aliments : les discussions échouent face au refus du Conseil d'étiqueter les produits dérivés du clonage

ENVI Communiqué de presse - Sécurité alimentaire29-03-2011 - 10:25
 

Les pourparlers de conciliation destinés à mettre à jour le règlement sur les nouveaux aliments, qui ont duré toute la nuit, sont tombés en panne faute d'accord, après que le Conseil ait refusé l'offre de compromis final du Parlement européen. Ce qui signifie que le règlement actuel sur les nouveaux aliments, adopté en 1997, restera en vigueur.


La conférence de presse prévue pour 10h30 aura désormais lieu de 15h00 à 15h30 dans la salle de conférence de presse du Parlement européen (PHS 0A050).


Le Président de la délégation du Parlement européen Gianni Pittella (S&D, IT) et le rapporteur du Parlement européen sur les nouveaux aliments Kartika Liotard (GUE / NGL, NL) ont publié la déclaration conjointe suivante:


"Il est très frustrant de constater que le Conseil n'a voulu pas écouter l'opinion publique et soutenir les mesures d'urgence nécessaires à la protection du bien-être des consommateurs et des animaux.


"Le Parlement a appelé à une écrasante majorité à une interdiction des aliments issus d'animaux clonés et de leurs descendants (voir le communiqué de presse du PE ci-dessous). Nous avons fait un effort énorme pour faire des compromis, mais nous n'étions pas prêts à trahir le droit des consommateurs de savoir si les aliments proviennent d'élevage d'animaux clonés. Etant donné que l'opinion publique européenne est majoritairement contre le clonage des aliments, (voir le sondage Eurobaromètre ci-dessous) l'engagement d'étiqueter tous les produits alimentaires issus de la progéniture clonée représente un strict minimum. Le Conseil soutient uniquement l'étiquetage d'un type de produit: les viandes fraîches.


"Les mesures relatives à la progéniture des clones sont absolument essentielles parce que les clones ont une viabilité commerciale seulement pour la reproduction et non directement pour la production alimentaire. Aucun agriculteur ne sera prêt à dépenser 100 000 euros pour un taureau cloné, uniquement pour le transformer en hamburgers.


"Le Conseil a en outre opposé au Parlement le droit de veto de nouveaux ajouts à la liste des nouveaux aliments. Son échec à faire des compromis signifie que d'autres améliorations intéressantes aux règles sont aujourd'hui perdues. Il n’y aura toujours pas de mesures particulières concernant les nanomatériaux dans les aliments, par exemple".

REF. : 20110328IPR16525
Mis à jour le: ( 29-03-2011 - 17:34)
 
 
Contacts