Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Le Parlement mise sur le tourisme de qualité pour créer de l’emploi local

Session plénière Communiqué de presse - Tourisme27-09-2011 - 14:00
 

Le secteur touristique devrait bénéficier de subventions européennes provenant des fonds structurels pour restaurer, innover et assurer une offre de qualité, diversifiée et axée sur l’héritage pluriculturel. Dans une résolution adoptée le 27 septembre, les députés proposent la création d’un label "Europe" pour la promotion commune de l'UE en tant que première destination touristique du monde.


A côté de la création d’un "label européen du tourisme de qualité" fixant des critères minimum de qualité, et d’une "charte européenne du touriste"  avec un socle commun des droits de passagers, le Parlement préconise d’harmoniser progressivement les systèmes de classification des établissements hôteliers dans l'UE et le taux de TVA réduit appliqué aux produits touristiques.


Pour atténuer l'impact négatif du tourisme sur l'environnement, la Commission devrait veiller aux méthodes d'aménagement, surtout pour le territoire côtier, et encourager le recours à des modes de transport respectueux de l'environnement, selon la résolution rédigée par Carlo Fidanza (PPE, IT).


Dans l’immédiat, les députés exigent une proposition législative sur le thermalisme pour réglementer ce secteur, une aide européenne à la restauration "des destinations touristiques en déclin" et une révision de la directive sur les voyages à forfait.


D’ici 2012, le Parlement invite la Commission à présenter une stratégie intégrée, dans la ligne droite de la communication de 2010, pour encourager un tourisme axé sur la culture, l'histoire, la religion, la nature tout en stimulant de nouvelles offres dans le domaine du sport, de la promotion du patrimoine industriel et de l’agrotourisme. Ces initiatives ainsi qu’un accès rapide à Internet sur tout le territoire permettraient de créer des emplois durables dans les régions et de contrer l’exode rural. Une formation mieux reconnue favorisant la mobilité des travailleurs pourrait atténuer les difficultés liées au caractère saisonnier de l'emploi et réduire le fléau de l'emploi non déclaré, selon les députés.


Contexte


Le secteur du tourisme constitue la troisième activité socio-économique de l'Union et contribue à hauteur de 10 % au PIB et de 12 % à l'emploi total. Il est constitué en grande partie de micro-entreprises ainsi que de petites et moyennes entreprises. Le traité de Lisbonne l’a fait entrer dans les compétences spécifiques de l’UE.



Procédure : résolution

          

REF. : 20110927IPR27582
 
 
Contacts