Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Journée européenne de la protection des données: des espions sur la Toile

Autres Article - Droits des citoyens25-01-2013 - 15:50
 
Infographie proposant des chiffres clés sur le cloud computing   La question de la protection des données personnelles se pose plus que jamais, notamment avec l'émergence du "cloud computing".

Les menaces envers notre vie privée générées par le "cloud computing" sont sous-estimées voire ignorées: c'est ce qu'affirme une étude du Parlement, alors qu'on fête aujourd'hui la Journée européenne de la protection des données. Celle-ci vise à sensibiliser les citoyens à la manière dont leurs informations personnelles sont collectées et traitées, et à les aider à protéger leur vie privée. Le Parlement réforme actuellement la loi sur la protection des données, qui date de 1995 et est dépassée.


Le droit à être oublié

La réforme de la règlementation européenne sur la protection des données, lancée par la Commission européenne, vise à mettre à jour la loi actuelle qui date de 1995 en l'adaptant aux évolutions technologiques. Il est également question d'empêcher l'abus d'utilisation des données privées des utilisateurs, aussi bien par des entreprises privées que par des autorités publiques.

Cette réforme prévoit de mettre en place des règles communes à l'ensemble des Etats membres. Il s'agit notamment:
- du droit à être oublié: chacun pourra effacer ses propres données s'il n'existe pas de raison légitime pour les conserver
- d'amendes en cas de divulgation ou de perte de données d'utilisateurs.

Pour Peter Hustinx, contrôleur européen de la protection des données, la sensibilisation des citoyens est primordiale: "Vos renseignements personnels sont précieux, alors gardez-les en sécurité, et lorsque vous les partagez, soyez conscients de vos droits! Vous avez le droit de savoir quelles informations les bases de données des grandes industries et des gouvernements détiennent à votre sujet. Si ces renseignements sont inexacts, il pourrait y avoir des conséquences pour vous; vous êtes en droit de vérifier les informations vous concernant et qui sont détenues et utilisées."

Deux nouvelles règlementations pour remplacer l'ancienne


Deux propositions de législation sont actuellement à l'étude. La première, un règlement qui met en place un cadre général européen pour la protection des données à caractère personnel, est chapeautée au sein du Parlement par le rapporteur vert allemand Jan Philipp Albrecht.

Pour M. Albrecht, la nouvelle règlementation doit s'articuler autour de trois piliers: "Le droit à être oublié, la nécessité de donner son accord pour l'utilisation ou le transfert de données personnelles, et les sanctions en cas d'infractions des droits à la confidentialité, voilà mes trois exigences principales pour des standards de protection des données pour l'ensemble des citoyens européens, peu importe que ce soit dans ou hors de l'UE."

Il a également ajouté: "Jusqu'ici, les Etats membres de l'Union européenne s'occupaient chacun de leur côté de la protection des données; la nouvelle règlementation sera appliquée partout dans l'Union européenne. Cela permettra de renforcer les droits des consommateurs, offrira une sécurité juridique aux entreprises et augmentera la confiance des citoyens dans les entreprises."

La seconde législation en préparation est une directive sur le traitement des données à caractère personnel par les autorités à des fins judiciaires, pour éviter l'utilisation abusive des données par la police et les autres autorités répressives. Le rapporteur en charge de ce sujet est le député démocrate socialiste grec Dimitrios Droutsas.

"L'Europe a un besoin urgent de réformer la loi sur la protection des données", a déclaré M. Droutsas. "Un besoin dicté par les incroyables avancées technologiques, l'évolution des normes sociales et notre monde construit autour des communications en ligne. La Commission européenne, le Parlement européen et, oui, le Conseil européen, nous devons tous travailler avec diligence afin de garantir aux citoyens européens le meilleur niveau de protection possible, avant la fin de cette législature en 2014."

Les Etats-Unis espionnent-ils l'Europe sur le "cloud"?

Une étude publiée à la fin de l'année 2012 par le Parlement européen met en garde: "Le défi de la confidentialité dans le "cloud computing" (ou nuage informatique) est sous-estimé, voire ignoré. La plus grande inquiétude résultant de la dépendance croissante au "cloud computing" concerne moins la possible augmentation de la cybercriminalité, que la perte de contrôle sur les données et l'identité d'un individu."

Cette étude souligne également que la loi américaine autorise la surveillance dans le "cloud" de données de non-résidents américains. Cela ouvre-t-il à la CIA une porte secrète vers le "cloud"? Les mesures exceptionnelles mises en place pour lutter contre le terrorisme pourraient-elles mener à de l'espionnage? La réforme des règles européennes  ne s'applique pas aux autorités américaines; mais ce problème pourrait être abordé via l'ouverture de négociations UE-USA, selon le rapport.

REF. : 20130121STO05426
Mis à jour le: ( 03-09-2013 - 14:16)