Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Dix choses apprises durant la plénière de février

Autres Article - Institutions08-02-2013 - 09:57
 
Drapeaux européens à l'entrée principale du Parlement européen à Strasbourg   Drapeaux européens à l'entrée principale du Parlement européen à Strasbourg

Le Président français François Hollande a parlé de l'Europe avec les députés européens à Strasbourg, insistant sur le besoin de politiques communes de croissance, tandis que la plénière a mis les gouvernements en garde de ne pas essayer d'imposer des coupes déraisonnables au budget de l'UE. Durant la session, le Parlement a aussi reçu le Président tunisien Moncef Marzouki, adopté une réforme de la politique de la pêche d'une ampleur considérable, et voté en faveur de voitures moins bruyantes.


François Hollande a participé à un débat intense de pratiquement deux heures lors de la séance plénière de mardi matin. "Je me refuse à condamner l'Europe à l'austérité sans fin" a-t-il déclaré, appelant les députés européens à influencer leurs gouvernements nationaux et partis respectifs en faveur de l'Europe et de la croissance.

Des coupes déraisonnables au budget européen 2014-2020, actuellement débattu et peut-être voté lors du sommet de ce jeudi et vendredi à Bruxelles, affaibliraient la croissance en Europe: c'est ce qu'ont plaidé les députés mercredi. Ils ont mis les gouvernements en garde, brandissant la menace d'un véto du Parlement en cas de compressions démesurées.

A peine quelques heures après l'assassinat par balles du chef de l'opposition tunisienne Chokri Belaïd, le Président tunisien Moncef Marzouki a prononcé mercredi devant les députés européens un discours émouvant et chaudement applaudi sur la révolution dans son pays.

La réforme de la politique commune de la pêche, attendue depuis longtemps, a été adoptée mercredi par les députés. Elle a pour objectif de mettre fin à la surpêche et au rejet à la mer de poissons morts ou non désirés, ainsi que de fournir des planifications de quotas à long terme basées sur des observations scientifiques.

Les 23 millions de petites entreprises européennes doivent pouvoir bénéficier de crédits bancaires adaptés à leurs besoins, d'un accès à un capital de risque adéquat et être payées plus rapidement par les autres firmes, ont déclaré mardi les députés.

Après le vote du 6 février destinant les moteurs de voiture à devenir moins bruyants et à être étiquetés selon leur niveau de bruit, le bruit du trafic pourrait bien devenir moins gênant. En parallèle, les députés appuient la mise en place de systèmes sonores sur les véhicules électriques pour les rendre audibles par les piétons.

De l'argent supplémentaire pourrait être utile aux centres de réfugiés surpeuplés des pays frontaliers de l'Union européenne pour faire face aux flux migratoires. C'est l'avis des députés européens, qui ont approuvé mercredi un rapport demandant l'augmentation du financement européen consacré à l'immigration, et tout particulièrement dans les Etats membres les plus touchés par la crise.

Le Parlement a estimé mercredi que les éléphants, le thon rouge et les ours polaires méritent d'être mieux protégés. Il a voté une résolution à ce sujet, en amont de la 16e réunion sur le commerce international des espèces menacées (CITES) qui aura lieu le mois prochain à Bangkok.

Les mêmes mais en moins cher: les députés ont soutenu mercredi une loi rendant plus accessibles les médicaments génériques. Les nouvelles règles raccourcissent le délai de mise sur le marché des génériques; les modalités de mise en œuvre doivent maintenant être discutées avec les Etats membres.

Les députés ont estimé mercredi que le règlement du statut des Kurdes de Turquie serait profitable à l'ensemble de la région, après en avoir débattu avec la Commission européenne et les Etats membres. Ils ont estimé que l'Union européenne devait soutenir les négociations en faveur de la paix, alors que des incidents témoignent de la volonté de certains extrémistes de faire couler le processus de paix.

REF. : 20130201STO05567