Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Journée internationale de la femme: la réponse des femmes à la crise économique

Les femmes et la crise économique: stop aux dégâts!

 
Femme reprenant ses affaires de bureau dans un carton   Les femmes, déjà plus fragiles que les hommes sur le marché du travail, le sont encore plus à cause de la crise économique

Chômage, travail à temps partiel et coupes dans les services sociaux: la crise économique a sérieusement affecté les conditions de travail des femmes en Europe. Il est pourtant clair que la participation des femmes au marché du travail est essentielle pour la reprise économique. Comment l'Union européenne peut-elle soutenir l'autonomisation et l'emploi des femmes? Mardi 19 février, la commission des droits de la femme a approuvé un rapport sur l'amélioration de la vie des femmes européennes.


Le rapport souligne que puisque les femmes sont généralement plus mal loties que les hommes en matière de salaires et de sécurité d'emploi, elles sont également plus vulnérables aux évolutions négatives. La députée démocrate chrétienne française Elisabeth Morin-Chartier, en charge du rapport sur les répercussions de la crise sur les femmes, nous a confié: "Au début de la crise économique les hommes ont été les premiers touchés, mais maintenant les femmes sont confrontées à une crise silencieuse qui aggrave leur condition."

Les femmes sont bien plus nombreuses que les hommes à travailler à temps partiel: en 2011 31,6% des femmes étaient concernées contre 8,1% des hommes. Elles sont également plus touchées que leurs congénères masculins par les coupes dans les aides sociales, puisqu'elles endossent en règle générale plus de responsabilités familiales. Beaucoup doivent quitter leur emploi pour s'occuper de leurs enfants ou parents. Les mères célibataires sont particulièrement vulnérables. Enfin, leur salaire est souvent moindre que celui des hommes: l'écart salarial est d'environ 17%.

Recommandations du rapport


Le rapport adopté par la commission des droits de la femme offre toute une série de recommandations pratiques pour améliorer la situation des femmes, notamment:


  • l'Union européenne devrait faciliter l'entrée des femmes dans la vie professionnelle, grâce au Fonds social européen et à d'autres programmes de soutien;
  • les Etats membres devraient encourager l'entreprenariat féminin;
  • les crèches d'entreprises devraient être instaurées en priorité;
  • l'égalité entre les sexes devrait être intégrée dans toutes les politiques économiques et d'emploi de la Commission européenne, ainsi que dans le budget à long terme de l'UE.

Comme nous l'explique Elisabeth Morin-Chartier, il est nécessaire d'agir pour enrayer le phénomène. "Malheureusement, dans l'esprit général, l'emploi masculin semble encore prioritaire sur celui des femmes. Les effets de la crise sur le travail des femmes sont forts et seront durables ; avant la crise, les femmes étaient déjà plus touchées que les hommes par le chômage, le travail précaire, le temps partiel, les bas salaires et des carrières lentes ; aujourd'hui sous l'effet des politiques d'austérité, elles subissent une double peine. L'impact de la crise sur le travail des femmes est au cœur des politiques d'égalité et de l'emploi. Je dis "halte à la régression des femmes dans la société"! "


Le rapport a été adopté par la commission des droits de la femme  le mardi 19 février, avec 20 oui, 1 non et 4 abstentions. Il sera au centre des discussions à l'occasion de la Journée internationale de la femme 2013, le 8 mars, qui sera centrée sur les femmes en temps de crise économique.