Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

La commission de la santé publique veut décourager les jeunes de fumer

ENVI Communiqué de presse - Santé publique10-07-2013 - 18:40
 
©BELGA/BELPRESS/P.Turpin   ©BELGA/BELPRESS/P.Turpin

Une proposition législative visant à rendre le fait de fumer moins attractif en interdisant l'utilisation "caractérisée" d'arômes tels que la fraise ou le café dans les produits du tabac a été adoptée en commission de la santé publique ce mercredi. Ils ont également amendé le projet afin d'insérer des avertissements relatifs à la santé sur chaque côté du paquet de cigarettes et interdire les cigarettes fines et les emballages "attrayants".



"L'objectif est d'empêcher l'industrie de recruter de nouveaux fumeurs parmi les jeunes", a déclaré le rapporteur Linda McAvan (S&D, UK). "La tendance à fumer est moindre car l'action des autorités publiques a réduit, chaque année, le nombre de fumeurs. Cependant, un fait inquiétant demeure: 29% des jeunes fument. L'Organisation mondiale de la santé a montré que depuis 2005, cette tendance est à la hausse chez les jeunes dans plusieurs pays", a -t-elle ajouté.


Le projet législatif a été adopté par 50 voix pour, 13 contre et 8 abstentions.


Additifs et arômes


La mise à jour de la directive tabac empêchera l'utilisation d'additifs et d'arômes dans les produits du tabac qui rendent le produit plus attrayant en le dotant d'un arôme caractérisant ainsi que l'utilisation de vitamines, caféine et taurine, pour lesquelles ont été mis en avant les bénéfices sur la santé. Les additifs essentiels à la production du tabac, tels que le sucre, seront autorisés.


Pas d'emballages trompeurs


L'étiquetage ou l'emballage des produits du tabac ne doivent pas suggérer que certains produits du tabac seraient moins nocifs que d'autres ou qu'ils auraient un effet positif sur la santé ou le style de vie. Ils ne doivent pas être semblables aux produits alimentaires ou cosmétiques, ont estimé les députés.


Avertissements relatifs à la santé


Les paquets ou les emballages de cigarettes, le tabac à rouler ou à pipe doivent afficher des avertissements relatifs à la santé sur chaque côté des paquets. Ces avertissements devraient couvrir au moins 75% de la zone externe des faces avant et arrière du paquet, selon la commission parlementaire.


Interdire les cigarettes fines


Les cigarettes "fines", c'est-à-dire d'un diamètre inférieur à 7,5 mm de diamètre et les paquets de moins de 20 cigarettes devraient être interdits, souligne le rapport. Les paquets en forme de rouges à lèvres seront également interdits. Les ventes à distance transfrontalières devraient également ne pas être autorisées.


Cigarettes électroniques


Les règles européennes relatives aux médicaments stipulent que les cigarettes électroniques doivent être seulement vendues en pharmacies. Cependant, compte tenu du potentiel de ces produits pour aider les fumeurs à s'arrêter, les Etats membres devraient considérer la vente de ces produits en dehors des pharmacies, ont affirmé les députés.


Ne plus afficher d'informations sur le goudron et la nicotine


Le goudron, la nicotine et les productions de monoxyde de carbone des cigarettes doivent, par conséquent, être mesurées sur la base des normes ISO référencées puisque les indications affichées sur les paquets de cigarettes se sont avérées trompeuses, soulignent les députés. Ils proposent ainsi de ne plus intégrer de telles informations sur les paquets.


Combattre le commerce illégal


Afin de réduire le nombre de produits du tabac illicites mis sur le marché, les Etats membres doivent garantir que les paquets unitaires et l'emballage de transport sont identifiés par un marquage. Cela devrait permettre de suivre le parcours de l'envoi du producteur au premeir détaillant, estiment les députés.

Informations générales


Douze ans après l'entrée en vigueur de la directive actuelle, fumer demeure la principale cause de décès que l'on peut prévenir et environ 700 000 personnes meurent chaque année. Les mesures prises au fil des années pour réduire le nombre de fumeurs ont eu un impact puisque celui-ci est passé de 40% dans l'UE 15 en 2002 à 28% dans l'UE 27 en 2012.


Prochaines étapes


Le rapport sera mis aux voix lors de la plénière de Strasbourg.


REF. : 20130708IPR16824
Mis à jour le: ( 11-07-2013 - 11:04)
 
 
Contacts