Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Mettre un terme aux expulsions illégales et au profilage ethnique des Roms

Session plénière Communiqué de presse - Droits de la femme/Egalité des chances / Droits des citoyens12-12-2013 - 12:42
 

Les pays de l'UE doivent arrêter les expulsions illégales de Roms et mettre fin au profilage ethnique, aux abus de la police et aux violations des droits de l'homme à leur égard, affirme le Parlement dans une résolution non législative adoptée ce jeudi. Le texte évalue les stratégies des États membres afin de promouvoir l'intégration des Roms et demande davantage de fonds pour empêcher leur discrimination et soutenir des projets à destination des Roms.



La résolution condamne toute tentative des États membres visant à limiter illégalement le droit à la libre circulation des Roms dans l'UE. Avec une population estimée entre 10 à 12 millions en Europe (dont environ 6 millions vivent dans l'UE), les Roms représentent la minorité ethnique la plus importante sur le continent européen.


Des fonds plus importants et mieux dépensés


La Commission et les États membres doivent garantir des ressources budgétaires suffisantes pour l'intégration des Roms, provenant des budgets nationaux et des programmes de l'Union, tels que le Fonds social européen ou le Fonds européen de développement régional. De plus, les députés proposent d'introduire des programmes de subventions spéciales, comme des fonds flexibles pour des projets à petite échelle à destination des Roms.


La Commission devrait continuer d'évaluer la façon dont les États membres dépensent les fonds européens destinés à l'intégration des Roms et présenter ses conclusions au Parlement et au Conseil sur une base annuelle.


Un contrôle à l'échelle européenne


Le Parlement demande à la Commission de surveiller, à l'échelle européenne, les droits fondamentaux des Roms, les incidents anti-Roms et les crimes inspirés par la haine contre les Roms. Selon les députés, la Commission devrait prendre des mesures juridiques en cas de violation de ces droits, en particulier les violations du droit à la liberté de mouvement et de résidence, du droit d'accès aux soins de santé et à l'éducation, du droit à la non-discrimination, du droit à la protection des données personnelles et de l'interdiction de la création de registres sur la base de l'origine ethnique et de la race.


Éducation et emploi


Les États membres doivent éliminer la ségrégation dans le domaine de l'éducation et le placement d'enfants roms dans des écoles spéciales, affirme la résolution. Garantir l'accès à une éducation de qualité pour tous les enfants roms, lutter contre leur décrochage scolaire, et assurer leur accès au programme Erasmus font partie des priorités.


Les États membres devraient éviter la discrimination dans le domaine de l'emploi, faciliter l'accès des Roms au marché du travail et créer des programmes de formation spécialisés. Par ailleurs, les députés invitent les institutions européennes à créer des programmes de stages spécifiques et à employer des Roms.


Égalité des genres dans l'intégration des Roms


Dans une résolution distincte non contraignante, adoptée mardi, le Parlement appelle les États membres à lutter contre la discrimination à l'égard des femmes roms. Il propose des mesures telles que des heures flexibles de travail, l'allègement fiscal, des dispositions adéquates en termes de soins de santé et l'augmentation du nombre de services de garde d'enfants.


Procédure: résolutions non législatives


REF. : 20131206IPR30032
Mis à jour le: ( 12-12-2013 - 13:19)
 
 
Contacts